Non classé

Confinement : Suspendre son Pass Navigo, c’est possible !

Chers usagers,

Suite aux annonces du Président de la République, un reconfinement national généralisé a été décidé pour une période d’au moins 1 mois. En raison de la généralisation du télétravail, de la montée en puissance du chômage partiel et des fermetures d’établissements publics et privés, nombre d’entre vous ne prendront pas les transports en commun au mois de novembre. A ce titre, il vous est possible de suspendre votre passe navigo dès le 1er novembre. Nous vous expliquons la démarche à suivre :

Comment suspendre son passe navigo dès le 1er novembre (c’est valable tous les mois).

Si vous voulez suspendre votre navigo annuel aujourd’hui pour le mois de novembre :

  • C’est encore possible, mais ne soyez pas surpris : vous allez être débité quoi qu’il arrive. Vous serez remboursé quelques jours plus tard. En effet, pour ne pas être débité, il aurait fallu que vous ayez suspendu votre abonnement avant le 20 octobre.
  • 2 possibilités :
    • Physiquement : se rendre aux comptoirs RATP ou au guichets services Navigo de la SNCF avant le 31/10 au soir.
    • Par internet avec passage à l’automate : il faut se rendre sur le site iledefrance-mobilites.fr (accéder à mon compte) pour suspendre son abonnement avant le 31/10 au soir. Attention, cette procédure par internet nécessite tout de même un déplacement jusqu’à un automate de vente en gare ou station, en respectant un délai de 48h après avoir enclenché la suspension sur internet. Pour que votre suspension soit définitivement prise en compte, le passe navigo devra être mis à jour sur l’automate de vente avant le 4 novembre à 23h59.

A noter : une fois le passe suspendu, vous pouvez le réactiver quand vous le souhaitez.

Non classé

Informations usagers : Adaptation de l’offre de transport au couvre-feu

Ile-de-France Mobilités a pris la décision d’adapter l’offre de transports au couvre-feu. Nous nous félicitons du dialogue constructif qui a pu être conduit en des temps records avec l’autorité régulatrice francilienne. Notre association se satisfait des évolutions annoncées qui garantissent que :

  • Les lignes de bus et de RER dont les fréquences sont faibles (un train ou un bus toutes les demies-heures ou plus) conserveront la même grille horaire après le couvre-feu
  • Les lignes desservant des hôpitaux conserveront le même nombre de train après 21h00
  • Renforcement de certaines lignes de métros et de bus aux heures de pointe.

Nous remercions Ile-de-France Mobilités et les autres associations d’usagers des transports en commun pour le travail en bonne intelligence et la tenue d’une réunion exceptionnelle le 22 octobre dernier pour écouter les doléances que nous portions à connaissance du syndicat.

Pour information, voici un récapitulatif de l’ensemble des décisions qui ont été prises :

Adaptation des transports en commun après 21h à partir du mercredi 28 octobre comme suit :

  • 1 train/métro/tramway/bus sur 2, progressivement à partir de 21h, sous réserve des conditions suivantes
  • Amplitude horaire inchangée (dernier train/métro/tramway/bus comme avant COVID)
  • Pas de suppression de trains si la durée d’attente est supérieure ou égale à 30min (pour les RER et transilien) – il n’y aura que très peu de trains supprimés
  • Pas de suppression de bus si la durée d’attente est supérieure ou égale à 30min
  • Pour les métros, l’attente maximum sur les branches ne dépassera pas 20 min
  • Maintien des fréquences avant COVID pour les lignes de bus et de tramway qui desservent les hôpitaux
  • Maintien des correspondances pour les trains, et pour les bus à l’arrivée des trains : notamment les bus de grande couronne resteront à 100% jusqu’à 22h pour assurer ces correspondances
  • Pour la période 20h-21h, renforcement de l’offre sur les lignes qui ont un surcroit de trafic, et notamment les lignes 4, 7 et 13 du métro.
  • Arrêt des métros le week-end à 1h du matin (comme en semaine) au lieu de 2h du matin
Non classé

Naufrage Autolib Vélib : la Chambre régionale des comptes confirme le naufrage que nous annoncions!

Un rapport de la Chambre régionale des comptes est paru mardi 20 octobre. Le constat est sans appel : le syndicat gestionnaire d’Auto’ lib et Vé ‘lib a été défaillant à tous les niveaux. La conséquence directe est une situation financière calamiteuse qui pèsera sur chaque membre du syndicat. Le concessionnaire réclame aujourd’hui 235,24 millions d’euros suite à la résiliation du contrat alors que le budget annuel du syndicat n’excède pas les 5 millions.  

Le syndicat a gravement dysfonctionné :

  • La cour pointe un emprunt surdimensionné dont plus de 12 millions d’euros ont été contractés inutilement. Les pertes abyssales de 179,3 millions d’euros en 2016 et de 293,7 millions d’euros l’année suivante devront être épongées tandis que le concessionnaire réclame plus 235 millions. L’explosion de la dette supportée par le syndicat est inévitable. Qui paiera les pots cassés des erreurs manifestes de gestion ?
  • La ville de Paris possède à elle seule 55% des places au conseil d’administration et est la principale responsable du fiasco financier d’un service qui apparaissait pourtant très innovant à la fin des années 2000. Elle a piégé dans ses erreurs des villes de banlieue. Paris a tenté de faire financer ses déboires en intégrant de plus en plus de communes au sein du syndicat malgré une situation financière qui se révélait déjà catastrophique et dont les membres n’ont été informés que tardivement.

Nous nous félicitons avec une pointe de regret, d’avoir été lucides en annonçant la catastrophe à venir. La Chambre régionale des comptes confirme aujourd’hui ce que nous annoncions. Désormais, face à ce scandale dont la facture s’étale devant nos yeux et que quelqu’un devra payer, nous exigeons :

  • De faire toute la lumière sur cette affaire en mettant en place une commission d’enquête indépendante afin d’identifier précisément les responsabilités de cet échec colossal.
  • De régionaliser l’ensemble des politiques de transport sous la seule autorité d’Île-de-France mobilités afin de contribuer à un aménagement harmonieux des dispositifs de transports et de mobilités sur le territoire francilien. C’est à la région de porter l’innovation en matière de transports et de veiller à ce qu’elle soit accessible aux 12 millions de Franciliens.
  • Les transports de demain, plus propres, plus verts, plus collaboratifs méritent mieux que des positions idéologiques de façades comme la suppression des 70 000 places de stationnement à Paris prévues entre 2020 et 2026 quand dans le même temps, la municipalité jette la poussière sous le tapis concernant l’échec patent d’Autolib Velib dont elle est l’unique dépositaire.

Lien du rapport : https://www.ccomptes.fr/system/files/2020-10/IDR2020-36.pdf

Non classé

Cachez ce banlieusard que je ne saurais voir

Dans un entretien au journal Le Parisien, David Belliard, nouvel adjoint au maire aux transports à la Ville de Paris, se place dans la continuité anti-banlieue de son prédécesseur Christophe Najdovski. L’annonce de la suppression de 70.000 places de stationnement prise sans aucune concertation avec les villes et les départements voisins, toujours dépendants de la voiture et de la capitale doit appeler une réaction. 

1. Alors que Paris cumule les emplois, les opportunités et les équipements au détriment de la banlieue (réaménagement récent de la carte des Jeux Olympiques), Paris ne peut pas maintenir la dépendance économique des banlieusards à son égard ET leur dénier l’accès à la capitale par sa politique anti-automobile brutale et son refus de rééquilibrer les investissements transports en Ile-de-France.

2. Nous rappelons que le ratio emploi / habitant en Ile-de-France s’échelonne de 0,31 dans le Val d’Oise à 0,83 pour Paris avec une aggravation continue des écarts ces dernières années à cause notamment des dysfonctionnements des transports et de la politique d’attractivité économique agressive de la capitale.

3. En toute logique, Paris doit accompagner sa politique isolationniste à l’égard de la banlieue de restitutions d’emplois et d’équipements de centralité ce qu’elle ne fait. C’est aussi aux élus de banlieue de faire entendre leur voix et de défendre les intérêts de leurs habitants.

4. La nécessité du combat écologique ne fait pas débat. Ce sont ses modalités de mise en œuvre qui devraient être débattues. La première priorité en la matière devrait être de réparer les RER et de densifier les réseaux de bus partout en Ile-de-France. Ce que l’on constate depuis plusieurs années, c’est un report de pollution de Paris vers sa banlieue. 

5. Pour assurer la cohérence des schémas de déplacement, d’emplois et de logement dans la principale région d’Europe, la Vignette du Respect continue de plaider pour le transfert de les crédits et compétences d’investissement en la matière au seul échelon régional. Paris ne peut pas décider seule du destin de 12 millions de Franciliens.

« Cachez ce banlieusard que je ne saurais voir. » Comme le Tartuffe, la Ville de Paris se sert du légitime combat écologique pour aggraver les inégalités sociales et territoriales en Ile-de-France. L’hyper-centralisme tue la région parisienne, étouffe ses talents, rend ses villes dortoirs et contraint des millions de Franciliens à près d’une heure et demie de galère dans les transports chaque jour. La banlieue réclame à Paris, des emplois et des infrastructures à défaut de pouvoir continuer de stationner chez elle. 

Non classé

Communiqué de Presse de la Vignette du Respect – Adaptons l’offre de transport au couvre-feu !

L’Ile-de-France vit sous couvre-feu depuis 4 jours désormais. Face à cette situation qui appelle les franciliens à rentrer plus tôt à leur domicile, nous exigeons d’Ile-de-France Mobilités et des opérateurs, un plan de transport adapté.

La Vignette du Respect demande une augmentation du nombre de trains et de rames aux heures de pointe, ainsi qu’une augmentation des fréquences de bus pour absorber le flux de voyageurs plus conséquent sur une tranche horaire de fait plus réduite.

Cette augmentation de la fréquence et du nombre de trains en heure de pointe est essentielle pour permettre aux franciliens de voyager dans des conditions optimales et de respecter au mieux les gestes barrières et les mesures de distanciation physique.

Notre association est ouverte à la discussion pour déterminer avec les opérateurs le niveau de service et l’évolution du nombre de trains après l’heure du couvre-feu. Même si le nombre de voyageurs diminue, il ne faut pas oublier les travailleurs du soir et de la nuit, souvent les plus précaires d’entre eux (transports, techniciens de surface, soignants, policiers, …) qui, malgré le couvre-feu, continuent leurs activités et doivent pouvoir se rendre sur leur lieu de travail.

A ce titre, une diminution de l’offre sur les lignes dont la fréquence est déjà la plus faible (Un train par heure sur la branche Malesherbes – Corbeil du RER D) n’est pas concevable pour notre association.

Non classé

Travaux Ligne C – La Vignette du Respect vous informe!

La Vignette du Respect, l’association de défense des usagers des transports en commun et de la route en Île-de-France vous informe des travaux prévus sur la ligne C. Retrouvez l’ensemble des informations pour les différents axes, les dispositifs de substitution et les modifications de dessertes.

Travaux de jour en semaine

·         Du 02 au 06 novembre :

Entre Paris et Juvisy

En raison de travaux de maintenance, de 08h30  à 16h30, les trains JILL (Versailles Château-Rive Gauche – Invalides) deviendront des trains LOLA en terminus à Invalides, un train VICK (Versailles -Chantiers – Versailles Château-Rive Gauche) sur deux partira d’Invalides.

Travaux de nuit en semaine

·         Du 02 au 30 novembre :

Axe Paris / Pontoise

En raison des travaux de mise en accessibilité de la gare d’Épinay-sur-Seine, les circulations du RER C seront interrompues, en soirée, du lundi au vendredi, entre Avenue Henri Martin et Pontoise.

Les horaires des derniers trains seront les suivants :

·         au départ d’Avenue Henri Martin : 22h55 vers Montigny-Beauchamp,

·         au départ de Montigny-Beauchamp : 22h25 vers Avenue Henri Martin.

Pendant cette période :

·         la fréquence de la ligne de bus 138 sera renforcée entre Porte de Clichy et Ermont-Eaubonne,

·         le report sera possible sur la Ligne H entre Ermont-Eaubonne et Pontoise

Axes Paris / Versailles-Château Rive Gauche et Paris / Saint-Quentin-en-Yvelines

En raison des travaux de mise en accessibilité des gares de Chaville-Vélizy et de Viroflay-Rive-Gauche, les circulations du RER C seront interrompues, en soirée, du lundi au vendredi, entre Versailles-Château Rive Gauche et Javel à partir de 22h30, et le dernier train de 00h02 sera supprimé entre Javel et Saint-Quentin-en-Yvelines.

Des bus de substitution seront mis en place entre Versailles-Château Rive Gauche et Javel et entre Javel et Saint-Quentin-en-Yvelines.

Axes Paris / Dourdan et Paris / Saint-Martin d’Étampes

En raison des travaux de mise en accessibilité de la gare de Savigny-sur-Orge et de maintenance en gare de Juvisy, les circulations du RER C seront interrompues, en soirée, du lundi au vendredi, entre Paris-Austerlitz et Dourdan et entre Paris-Austerlitz et Saint-Martin d’Étampes.

Les horaires des derniers trains seront les suivants :

·         au départ des Brétigny : 22h11 vers Paris-Austerlitz,23h25 vers Dourdan et 23h35 vers Saint-Martin d’Étampes,

·         au départ de Dourdan : 21h08 vers Paris-Austerlitz,

·         au départ de Juvisy : 22h30 vers Paris-Austerlitz, 23h08 vers Dourdan et 23h18 vers Saint-Martin d’Étampes

·         au départ de Paris-Austerlitz : 22h49 vers Dourdan, 23h01 vers Juvisy, Brétigny et Saint-Martin d’Étampes,

·         au départ de Saint-Martin d’Étampes : 21h42 vers Paris-Austerlitz.

Des bus de substitution seront mis en place entre Paris-Austerlitz et Dourdan et entre Paris-Austerlitz et Saint-Martin d’Étampes.

En raison des mêmes travaux, du 02 au 06, du 09 au 10, du 12 au 13, les 16, 23 et 30 novembre, aucun train RER C ne circulera avant 05h47 entre Paris-Austerlitz et Dourdan, et avant 05h32 entre Paris-Austerlitz et Saint-Martin d’Étampes.

Travaux les week-ends :

Ø  En journée

Axe Paris / Pontoise

En raison des travaux de remplacement de rail et de mise en accessibilité de la gare d’Épinay-sur-Seine, les circulations du RER C seront interrompues, le samedi 07 et le dimanche 08 novembre, ainsi que le samedi 28 et le dimanche 29 novembre, entre Invalides et Pontoise.

Pendant cette période :

·         la fréquence de la ligne de bus 138 sera renforcée entre Porte de Clichy et Ermont-Eaubonne,

·         le report sera possible sur la Ligne H entre Ermont-Eaubonne et Pontoise

Axes Paris / Versailles-Château Rive Gauche et Paris / Saint-Quentin-en-Yvelines

En raison des travaux de mise en accessibilité des gares de Chaville-Vélizy et de Viroflay-Rive-Gauche, les circulations du RER C seront interrompues, le samedi 14 et le dimanche 15 novembre, ainsi que le samedi 28 et le dimanche 29 novembre, entre Invalides et Versailles-Château Rive Gauche et entre Invalides et Saint-Quentin-en-Yvelines.

Pendant cette période :

·         la fréquence des lignes de bus 34, 169 et 171 sera renforcée,

·         le report sera possible sur la Ligne N.

Ø De nuit

Axes Paris / Dourdan et Paris / Saint-Martin-d ‘Étampes

En raison de travaux de mise en accessibilité de la gare de Savigny-sur-Orge, les circulations du RER C seront interrompues, les samedis 07, 14 et 28 octobre à partir de 23h00, entre Musée d’Orsay et Dourdan, et à partir de 23h15 entre Musée d’Orsay et Saint-Martin-d ‘Étampes.

Des bus de substitution seront mis en place entre Paris-Austerlitz et Dourdan et entre Paris-Austerlitz et Saint-Martin-d ‘Étampes.

Axes Paris / Dourdan et Paris / Saint-Martin-d ‘Étampes

En raison de travaux de mise en accessibilité de la gare de Savigny-sur-Orge, les circulations du RER C seront interrompues, les dimanches 01er, 08, 15 et 29 novembre à partir de 23h00, entre Musée d’Orsay et Dourdan, et à partir de 23h30 entre Musée d’Orsay et Saint-Martin-d ‘Étampes.

Des bus de substitution seront mis en place entre Paris-Austerlitz et Dourdan et entre Paris-Austerlitz et Saint-Martin-d ‘Étampes.

Axe Juvisy / Versailles-Chantiers

En raison des travaux du futur tram-train T12 Express entre Evry et Massy,  les circulations du RER C seront interrompues, du samedi 07 au dimanche 08 novembre, entre Juvisy et Versailles-Chantiers.

Pendant cette période :

·         la fréquence des lignes de bus 107, 297, 385, 399 et 492 sera renforcée entre Juvisy et Massy Palaiseau,

·         Des bus de substitution seront mis en place entre Massy Palaiseau et Versailles-Chantiers.

Axe Juvisy / Brétigny

En raison des travaux de maintenance et de mise en accessibilité de la gare de Savigny-sur-Orge et de régénération de caténaire, les circulations du RER C seront directes, du samedi 07 au dimanche 08 novembre, et du samedi 28 au dimanche 29 novembre, entre Juvisy et Brétigny, dans ce sens de circulation uniquement.

Des bus de substitution seront mis en place afin de desservir les gares situées entre Juvisy et Brétigny.

Week-end rouge, le samedi 21 et le dimanche 22 novembre

Paris-Austerlitz / Massy Palaiseau via Pont de Rungis, et Musée d’Orsay / Juvisy

En raison de travaux de :

·         renouvellement de voie et de ballast

·         mise en accessibilité de la gare de Vitry-sur-Seine

·         remplacement de potences

·         couverture des voies entre Paris Austerlitz et Bibliothèque-François-Mitterrand

Pendant cette période, aucun train ne circulera sur cet Axe et :

·         Des bus de substitution seront mis en place entre Paris-Austerlitz et Choisy-le-Roi

·         La fréquence des lignes régulières RATP et Keolis sera renforcée entre Choisy-le-Roi et Juvisy, et entre Choisy-le-Roi et Massy-Palaiseau

  • Le report sera possible sur la ligne D pour Juvisy, et sur la ligne B pour Massy-Palaiseau
  • Un flyer spécifique, joint à ce mail, reprend les différentes solutions de report pour ce week-end rouge.

A la suite de ces travaux, une limitation temporaire de vitesse sera appliquée dans le secteur de Choisy le Roi sur les semaines du 23 au 27/11 et du 30/11 au 04/12.

Afin d’en limiter les impacts sur la circulation de nos trains, notre offre sera adaptée en soirée, dans le sens Paris-Province, sur 17 trains à partir de 16h54 (heure de passage à Bibliothèque-François-Mitterrand) avec :

  • La suppression des arrêts en gare de Vitry-sur Seine des trains CITY
  • La Suppression des arrêts en gare d’Ivry sur Seine des trains DYVI

Durant cette période, la desserte de ces deux gares restera assurée à raison d’un train toutes les 15 minutes (trains ROMI – Montigny Beauchamp/Pont-de-Rungis- et MONA – Pontoise/Massy-Palaiseau).

Non classé

Rémi Lavenant, nouveau président de la Vignette du Respect

Rémi Lavenant, vous êtes le nouveau président de la Vignette du Respect. Qui êtes-vous en quelques mots ? 

J’ai 22 ans, je suis né à Lardy, village que je chéris dans le Sud-Essonne. Militant associatif, j’ai fondé à l’âge de 13 ans « Jeunesse Solidaire » pour venir en aide aux personnes précaires, âgées ou en situation de handicap dont nos locaux se trouvent à Janville-sur-Juine et à Itteville. Conseiller municipal et communautaire de Lardy depuis juin dernier, je suis aussi et avant tout, un usager des transports en commun en grande couronne. J’emprunte comme beaucoup de nos concitoyens le RER et le réseau de bus avec son lot de difficultés quotidiennes. J’ai rejoint l’association dès le début de l’aventure de la Vignette du Respect pour défendre ceux que j’appelle « les sans-voix », c’est-à-dire, les grands oubliés de la banlieue et de la ruralité francilienne.

Quel bilan faites-vous des premières années de fonctionnement ?

Nous avons un bilan avec de grandes réussitescomme la campagne en faveur du remboursement des Passes Navigo de la grève de 2018, une victoire qui a créé une culture du remboursement des titres de transport sur laquelle aucune majorité régionale ne pourra revenir, l’obtention d’un siège pour les usagers au conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités (dans le cadre d’un amendement préparé avec Olivier Léonhardt, sénateur de l’Essonne) ou la constitution d’une coalition RER rassemblant des communes de grande couronne représentant 300.000 habitants. 

Nous avons aussi obtenu de petites réussitesqui ne sont pas moins importantes : l’obtention des chiffres de fréquentation du RER D suite à une saisine de la CADA ou la réparation des panneaux d’information en gare de Châtelet-Les Halles après des années de dysfonctionnement…

Notre association est bien identifiée dans le paysage des associations d’usagers des transports. Je salue le travail effectué par Antoine Pavamani, le fondateur de l’association. Ensemble, nous avons porté des combats courageux. Après son admission à l’ENA puis le confinement, nous allons franchir un nouveau cap.

Quels combats la Vignette du Respect a-t-elle déjà conduite ? 

Nos élus ont trop longtemps négligé la fracture territoriale en termes de santé, d’accès aux emplois et à la mobilité. La Vignette du Respect a déjà beaucoup fait pour défendre les usagers de la route face aux décisions dangereuses :

  1. Le Grand Paris Express et le CDG Express, projets pharaoniques non financés et qui détournent les milliards d’euros nécessaires à la modernisation des RER, à la densification des réseaux de bus pour un projet qui renforce Paris et certaines zones de la petite couronne au détriment de tous les territoires non desservis.
  2. La fermeture de nombreuses voies de circulation dans Paris sans concertation mais surtout sans mesures compensatoires (nouveaux moyens de transports collectifs en banlieue, transferts d’emplois et d’équipements). Le résultat est là : pas de baisse de la pollution et un sentiment de rejet pour les banlieusards. 

Nous étions un peu seuls en 2017 sur ces combats mais la suite nous a donnée raison. 

Notre combat central est et demeure les RER. L’association s’est battue pour exiger la mise en œuvre de moyens financiers conséquents au travers d’une coalition RER afin d’obtenir les moyens financiers permettant de renforcer ces lignes RER / Transilien utilisées par 4 millions de Franciliens.  Beaucoup reste à faire pour lutter contre l’insécurité dans les transports, renforcer la ponctualité des trains et l’information voyageurs. 

Notre combat, c’est le combat de la justice pour celles et ceux qui vivent loin des grandes zones d’emploi. Notre combat, c’est le refus de la relégation pour les territoires oubliés.

Quels sont les grands chantiers que vous souhaitez porter à la tête de l’association ? 

Nous poursuivrons notre travail de lobbying auprès des élus et des usagers pour continuer de défendre nos RER et d’y allouer les moyens nécessaires ! Les RER doivent être prioritaires en Ile-de-France en matière de relance. Depuis trois ans, on nous explique qu’il n’y a pas d’argent pour les RER. Aujourd’hui, le gouvernement cherche à dépenser en faveur de l’environnement, de la compétitivité, de la justice sociale et territoriale. Investir dans les RER, c’est obtenir les 3 en 1. 

Nous souhaitons contribuer au chantier de l’intermodalité afin de renforcer l’offre de transports et son maillage dans les territoires ruraux et périurbains par le développement d’une vraie stratégie en faveur du covoiturage, du transport à la demande et de la mise en place de parcs de stationnement relais pour désengorger nos routes et nos gares. Combien de fois la Région et la Ville de Paris ont promis l’ouverture de parkings à l’entrée de Paris ? Cette promesse est restée lettre morte. 

Enfin, le vrai enjeu pour nous est de donner les moyens de réussir à nos territoires. Pas question de parler seulement de transport, quand il faut avoir une stratégie ambitieuse globale en matière de création et de relocalisation des emplois au plus près des bassins de vie. 

Qu’entendez-vous par cela ? 

Le problème des conditions de voyage et de l’accès aux transports est un vrai sujet. Mais il n’exclut pas le combat pour obtenir plus d’emplois dans nos territoires ruraux et périurbains d’Ile-de-France. Dans une région saturée par les flux, et dont la distance entre les bassins de vie et les bassins d’emplois s’accroît inexorablement, il faut un rééquilibrage. Tous les emplois ne peuvent être à Paris et en toute petite couronne. A ce titre, le parcours du Grand Paris Express aggravera ces déséquilibres. Il faut défendre une politique ambitieuse pour créer et relocaliser l’emploi au plus près de là où vivent nos concitoyens. Les circuits courts, on en parle pour les aliments mais c’est bon aussi pour les gens. Contraindre les gens à prendre les transports trois heures par jour pour se rendre au travail, est-ce juste et raisonnable ? 

Comment réussir tous ces défis ? 

Il faut absolument mobiliser et réunir dans un même front commun les acteurs de nos territoires. Plutôt que de rouler en ordre disperser, rassembler nos intelligences et notre énergie pour permettre à nos villes et villages de vivre plutôt que de survivre, de créer chez eux plutôt que de payer pour des infrastructures ailleurs, et de se battre pour nos transports du quotidien plutôt que d’accepter le lent désengagement de l’Etat et de la Région. L’exemple de la rupture de charge du RER D à Juvisy et Corbeil-Essonnes en est un bon exemple. 

Trop peu de personnes se sont hélas mobilisés. Enfin, et surtout, il faut mobiliser les citoyens. Tous les usagers du RER et ceux qui l’évitent en raison de ses défaillances, il faut qu’ils se mobilisent. Nous avons le droit de parler, d’exprimer notre colère et d’être force de propositions. Nous ne sommes pas astreints à l’immobilisme et à attendre que nos territoires meurent en silence. 

Non classé

Semaine du 25 mai : du mieux pour les transports en Ile-de-France

Nous vous transmettons ci-dessous les informations communiquées par Ile-de-France Mobilités qui mettent en évidence une amélioration du trafic. Nous déplorons l’incapacité de la SNCF à reprendre un trafic aussi dense que celui de la RATP.

Île-de-France Mobilités, la RATP, SNCF et l’ensemble des opérateurs de bus OPTILE, poursuivent l’amélioration du niveau d’offre de transport en Île-de-France pour tendre au plus vite vers un niveau équivalant avant crise COVID19 autour du 2 juin. L’ensemble des trains, métros et RER voient ainsi leurs horaires élargis et leur offre progresser. Cette évolution positive permettra d’accompagner la montée de la demande de transport constatée sur le terrain (environ 850 000 voyageurs par jour) et de permettre aux voyageurs de conserver la distanciation physique voulue par les autorités sanitaires.

Toutefois malgré cette progression, une offre de transport à 100% ne permettra de transporter que 20% du nombre habituel de voyageurs pour faire respecter la distanciation. Pour limiter l’affluence aux heures de pointes et permettre à ceux qui sont dans l’obligation de se rendre sur leur lieu de travail de prendre les transports en respectant les consignes sanitaires, l’attestation employeur reste obligatoire entre 6h30 et 9h30 le matin et 16h00 et 19h00 en fin de journée. Les entreprises et salariés sont également invités à limiter au maximum les déplacements en transport en commun en privilégiant le plus possible le télétravail, en organisant le lissage des heures d’arrivées et de départ sur le lieu de travail afin de répartir au mieux les flux de voyageurs tout au long de la journée.

Enfin, les voyageurs sont invités à respecter l’ensemble des gestes barrières lors de leurs trajets. Le port du masque dans l’ensemble des espaces publics de transport est obligatoire et doit être impérativement respecté.

Prévision du niveau d’offre de transport en commun pour la semaine du 25 mai 2020 :

Métro : L’ensemble des lignes du métro francilien fonctionneront avec une fréquence de 90 % en moyenne (100% sur les lignes 1, 13 et 14) et sur la plage horaire normale, soit entre 5h30 et 1h15. Une soixantaine de stations restent non-desservies.

RER et trains : L’ensemble des lignes de trains et de RER voient leurs horaires s’élargir et leur niveau d’offre progresser.

RER A : 100 % sur une plage horaire normale de 5h à 1h15.

RER B : 80 % sur une plage horaire normale de 5h à 1h15.

RER C : 60 % puis 70 % à partir du 28 mai.

RER D : 65 %

RER E : 70 %

Ligne H : 65 %

Ligne J : 80 %

Ligne K : 85 %

Ligne L : 70 %

Ligne N : 60 %

Ligne P : 75 %

Ligne R : 65 %

Ligne U : 50 %

Tramway : la quasi-totalité des lignes de tramways retrouvent un niveau de fréquence à 100 % à partir du lundi 25 mai. Ainsi les lignes T1, T2, T3, T5, T6, T7 et T8 opérées par la RATP retrouvent un niveau de service à 100% sur une plage horaire normale entre 5h50 et 01h00. Les lignes T4, un train toutes les 12 minutes et T11 à 80 %

Bus : Sur l’ensemble de l’Île-de-France les lignes de bus retrouvent progressivement leurs niveaux habituels, entre 80% et 100% à Paris et petite couronne et entre 90% et 100% en moyenne et grande couronne. Le réseau de bus de nuit Noctilien fonctionnera à 100%.

Non classé

Déconfinement des transports

Alice Sebbag, vice-présidente de l’association était l’invitée de BFM Paris pour évoquer les conditions de reprise du trafic sur le réseau francilien.

Non classé

Le passe Navigo d’avril sera remboursé

Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France a annoncé dans le Journal du Dimanche le remboursement intégral du Navigo (75,20 euros), du Navigo senior (37,60 euros) et de la carte Imagine R (38 euros) pour le mois d’avril.

La plate-forme de remboursement sera ouverte début mai.

Cette mesure estimée à 100 millions d’euros est une bonne nouvelle pour les abonnés annuels. Toutefois, nous aurions trouvé plus cohérent et plus juste de procéder au remboursement du passe du mois de mars qui avait été massivement souscrit fin février par les abonnés mensuels (54,7% des souscriptions en format Navigo).

500.00 personnes utilisent encore les transports en commun en Ile-de-France contre 5 millions en temps normal. L’offre a été diminuée de 70% (le maintien d’une offre minimale est indispensable pour assurer le bon entretien des infrastructures du réseau).