Non classé

Défendre le RER à Corbeil-Essonnes

La Vignette du Respect était invitée au débat organisé par l’association « Le Printemps de Corbeil-Essonnes » au Bellevue.

A cette occasion, Antoine Pavamani a rappelé l’importance de la question des transports pour la commune de Corbeil-Essonnes :

  • la ville était sur la Via Agrippa, première route fondée par les Romains, sur le tracé de l’actuelle Nationale 7
  • aux confluents de la Seine et de l’Essonne mais aussi de trois bassins agricoles, Corbeil a accueilli les moulins royaux dès le XIIème siècle
  • la 3ème ligne du réseau ferré français lancée en 1840 était Corbeil-Paris, cette même ligne qui aujourd’hui s’arrête à Juvisy-sur-Orge…
  • Corbeil-Essonnes est au coeur d’un noeud routier stratégique A6 – N104 – N7
  • le premier pont routier essonnien pour franchir la Seine a vu le jour à Corbeil-Essonnes

Corbeil-Essonnes qui a prospéré et grandi grâce aux transports symbolise parfaitement ces villes de grande couronne qui subissent la crise de la mobilité en Ile-de-France.

Elle est touchée de plein fouet par la déconnexion entre bassins d’emplois et bassins de vie : la croissance économique sur Paris et son voisinage immédiat, la croissance démographique en grande couronne. Avec pour résultat, un allongement permanent des distances domicile-travail.

En chiffres, cela donne pour la commune (sources INSEE) :

Population 2009 : 42.456 – Population 2014 : 49.373 -> +6.917

Emplois 2009 : 19.115 – Emplois 2014 : 19.464 -> +349

Les problèmes de transports conduisent à de trop faibles créations d’emplois par rapport à ce que l’évolution de la population demanderait…

Le SA 2019 du RER D prive 2 de ses 3 gares (Essonnes-Robinson et Moulin-Galant) d’accès direct à Paris. L’aménagement coûteux et saugrenu de la gare actuellement en cours ne va pas arranger la situation.

Plus largement, les retards pris dans l’entretien et l’amélioration du RER après plusieurs décennies de sous-investissement conjugués aux projets pharaoniques dans lesquels se perdent les autorités (Grand Paris Express, CDG Express) menacent plus encore les transports en grande couronne.

La Vignette du Respect demande sans relâche un big-bang des transports et une mobilisation pour les millions d’usagers du RER à la hauteur des enjeux.

Merci à Bruno Piriou, Elsa Touré et les animateurs du Printemps de Corbeil-Essonnes.

Autres intervenants :

Jean-Baptiste Rousseau, maire de Noisy-Sur-Seine

Stéphane Raffali, maire de Ris-Orangis

Jacques Vandeputte, président de RER D Val de Seine

Jean Féret, président de l’ADUMEC

Pierre Garzon, vice-président du Conseil départemental du Val-de-Marne

Yann Pirolli, secrétaire général du syndicat des cheminots CGT

Non classé

CDG Express : il est encore temps de renoncer !

Comme l’a relaté La Tribune, SNCF Réseau s’apprête à proposer un report de 18 mois du calendrier du CDG Express.

Cette nouvelle qui contredit ce qui avait été affirmé lors de la concertation présidée par M. Michel Cadot, préfet de région, est un nouveau désaveu pour le schéma irréaliste, injuste et inefficace sur lequel travaillent les pouvoirs publics depuis de nombreuses années.

De toute évidence, le schéma proposé provoquerait sur le faisceau Nord du réseau ferré francilien un choc qui aura des conséquences désastreuses pour des millions d’usagers des RER.

La priorité doit aller au renouvellement des infrastructures des RER B et D. Les difficultés actuelles qui polluent la vie des usagers appellent une intensification de l’effort de rénovation des infrastructures existantes, pas un détournement des moyens financiers et humains vers le CDG Express.

Nous appelons le gouvernement à renoncer purement et simplement au projet CDG Express.

Le CDG Express ne pourra pas voir le jour pour les Jeux Olympiques. Surtout, il s’annonce comme un gouffre financier au point que, depuis l’abandon de Vinci, aucune entreprise privée n’a voulu porter ce projet.

Rappelons que l’Etat (qui attend 10 milliards d’euros de recettes issues de la privatisation d’ADP), s’apprête à débourser 2,5 milliards d’euros d’investissement pour construire le CDG Express et s’est engagé à assumer les risques financiers liés à son exploitation au cours des six premières années de sa mise en service…

La Vignette du Respect appelle une nouvelle fois une mobilisation exceptionnelle pour les 4 millions d’usagers du RER.

Pour retrouver l’article de La Tribune :

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/cdg-express-sncf-reseau-pousse-a-un-report-de-18-mois-811948.html

Non classé

Loi d’orientation des mobilités : une première victoire pour les usagers du RER !

Un premier amendement d’Olivier Léonhardt, sénateur de l’Essonne, soutenu par La Vignette du Respect a été adopté dans la nuit de mercredi à jeudi dans l’examen de la Loi d’orientation des Mobilités (LOM) !

Cet amendement permet de créer un siège pour les associations d’usagers au sein d’Ile-de-France Mobilités.

Les épisodes récents de difficultés dans les transports en commun (grève de 2018, inégalités entre territoires, réduction de service sur certaines branches, mauvais choix d’investissement comme le CDG Express, défaillance de l’information) ont montré le besoin d’intégrer la voix des usagers dans la vie de nos réseaux de transport.

Avec un budget de 10 milliards d’euros, Ile-de-France Mobilités (ex STIF) est le centre névralgique du système francilien de transports en commun.

Cette institution va pouvoir intégrer structurellement la parole des usagers au-delà des efforts récents réalisés en la matière. Le siège attribué aux associations permettra de faire entendre la voix des usagers dans les décisions de fonctionnement et d’investissement qui concernent des millions de Franciliens !

Nous remercions Olivier Leonhardt pour sa pugnacité et les sénateurs qui ont soutenu sa démarche pour cette belle victoire qui en appelle d’autres. En lien avec les autres associations d’usagers, nous veillerons à ce que cet amendement ne soit pas remis en cause lors de l’examen de la LOM à l’Assemblée nationale.

 

Non classé

Loi d’orientation des mobilités : nos amendements rassemblent !

Le début de l’examen de la LOM (loi d’orientation des mobilités) au Sénat a déjà donné lieu à de premières victoires importantes pour les départements de grande couronne.

Les amendements du sénateur de l’Essonne Olivier Léonhardt, soutenus par La Vignette du Respect, rassemblent un large éventail de parlementaires au-delà des clivages politiques traditionnels.

Nous nous félicitons notamment que notre amendement ZFE (zone à faible émission) soit soutenu très largement par des sénateurs issus des quatre départements de la grande couronne : Arnaud de BELENET (LREM 77), Pierre CUYPERS (LR 77), Michel LAUGIER (Union centriste 78), Martin LEVRIER (LREM 78), Sophie PRIMAS (LR 78), Vincent DELAHAYE (UDI 91), Jocelyne GUIDEZ (UDI 91), Jean-Raymond HUGONET (LR 91) et Rachid TEMAL (PS 95).

Ce carton plein, cette alliance de la grande couronne que nous appelons de nos vœux prend forme sur un sujet majeur.

En effet, la métropole du Grand Paris (MGP) a pris une décision d’interdiction des véhicules pour interdire tous les véhicules diesel et essence d’ici à 2030 dans les communes contenues dans les frontières de l’A86.

Cette décision, si elle devient effective à situation constante, sera ni plus ni moins qu’une interdiction du centre de la métropole et de Paris pour les 6 millions d’habitants de nos départements.

En effet, interdire la voiture quand les RER dysfonctionnent revient à un refus de circulation qui pénalisent ceux qui vivent le plus loin et ceux qui ont le moins de moyens financiers.

Preuve du manque de sérieux de la proposition sans une transition préalable : Patrick Ollier, président de la MGP, a annoncé dès janvier 2019 qu’il reportait les premières mesures d’application d’une décision adopté en novembre 2018…

Notre amendement vise à conditionner l’entrée en vigueur de la zone à faible émission à une amélioration réelle de la situation des RER. C’est dans ces conditions uniquement que l’on pourra réconcilier justice sociale et ambition environnementale.

Pour en savoir plus :

http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/interdire-les-voitures-polluantes-oui-si-les-rer-sont-a-l-heure-exigent-les-senateurs-19-03-2019-8035068.php

Non classé

Loi d’orientation des mobilités : des amendements pour défendre les transports en grande couronne

Alors que l’examen de la LOM (loi d’orientation des mobilités) commencera au Sénat mardi 19 mars, la Vignette du Respect s’associe aux amendements déposés par Olivier Léonhardt, sénateur de l’Essonne.

Nous avons participé à leur conception et nous remercions Olivier Léonhardt pour son courage intellectuel et pour sa constance dans le combat en faveur des transports en grande couronne.

Disons-le clairement, le texte initialement proposé par le gouvernement ne nous satisfait pas. Il ne permet pas de traiter les vrais problèmes : inégalités territoriales, allongement de la distance domicile-travail, abandon des transports du quotidien et des infrastructures existantes (RER, routes, bus) au profit de méga-projets coûteux et inadaptés à l’image du Grand Paris Express et du CDG Express.

Sur les transports, les enseignements de la crise des Gilets jaunes n’ont pas été tirés. C’est la raison pour laquelle nous voulons que le texte évolue.

Consulter les amendements :

Amendements Léonhardt LOM / Amendement transpartisan

Plusieurs amendements seront ainsi défendus par Olivier Léonhardt :

1. Intitulé du projet de loi

Nous proposons que la loi soit rebaptisée « loi d’orientation pour les transports du quotidien » et rompe ainsi avec le terme à la mode de « mobilité » qui consacre selon nous la vision des grandes métropoles qui conçoivent le déplacement comme un loisir alors qu’elle est une nécessité subie pour le plus grand nombre.
2. Un bonus-malus pour le versement transports en Ile-de-France

Les employeurs des départements bien dotés en emploi (Paris, Hauts-de-Seine) paient un malus de 5%. Ceux des six autres départements bénéficient d’un bonus.

 

3. Dissolution de la Société du Grand Paris

La société chargée de construire le Grand Paris Express est en pleine dérive financière et opérationnelle. Initialement chiffré à 20 milliards d’euros, le projet du Grand Paris Express atteint désormais 38 milliards d’euros. Les loupés sont légion : 17 ans de travaux nécessaires pour la seule station Défense, possible abandon du bouclage de la ligne 15, retards sur de nombreuses lignes, travaux pharaoniques,…

Dissoudre la SGP, c’est se donner les moyens de provoquer un reset pour les investissements transports en Ile-de-France, de remettre des moyens sur les RER, les bus, les liaisons banlieue à banlieue.

 

4. Baisse de la TSER pour les départements de grande couronne

La taxe d’équipement spécial régionale créée pour financer les milliards d’euros du Grand Paris Express est payée par tous les habitants d’Ile-de-France. Asssise sur les bases locatives, elle pénalise doublement les habitants de grande couronne (Yvelines, Essonne, Val d’Oise, Seine-et-Marne) :

  • Ils bénéficieront peu des infrastructures financées
  • Ils paient plus cher car les bases locatives de grande couronne sont surévaluées par rapport à celles de Paris

L’amendement demande à ce que la grande couronne bénéficie d’une modulation à la baisse.

 

5. Affectation de la taxe Airbnb aux infrastructures de transports

La taxe Airbnb entrée en vigueur au 1erjanvier 2119 va massivement bénéficier aux communes déjà bien loties. Nous proposons que 50% de ces recettes soient reversées aux régions pour financer les investissements transports.

Pour en savoir plus : https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/08/la-taxe-airbnb-va-enrichir-des-communes-deja-tres-bien-loties_5239055_3232.html

 

6. Représentation du monde économique dans Ile-de-France Mobilités

Nous proposons que 10% des sièges d’Ile-de-France Mobilités revienne aux employeurs.

 

7. Représentation des départements au sein d’Ile-de-France Mobilités

Aujourd’hui, Paris représente 18% de la population d’Ile-de-France mais a près de la moitié des sièges dévolus aux départements (5 sur 12). Il n’est pas étonnant dans ce contexte qu’elle s’arroge une part disproportionnée des crédits.

Nous demandons une représentation des départements en fonction de leur poids démographique.

 

8. Suppression du CDG Express

Nous demandons l’annulation du projet CDG Express qui va pénaliser 800.000 usagers du RER B pour un projet très coûteux (2,1 milliards d’euros) entièrement financé par de l’argent public.

 

9. Information des voyageurs

L’amendement propose que des standards d’information voyageurs soient déterminés par Ile-de-France Mobilités pour cesse les inégalités entre usagers. Les usagers des RER et des Transilien sont victimes d’une information de très mauvaise qualité qui dégrade un peu plus un service déjà largement insatisfaisant.

 

10. Conditionnement de l’instauration dans la zone à faible émission (ZFE) à l’amélioration du trafic RER / Transilien / TER

La zone à faible émission décidée par la MGP et qui doit entrer en vigueur en 2030 n’a de sens que si des moyens de transports alternatifs de qualité sont proposés. Nous proposons donc que cette ZFE n’entre en vigueur que si 90% de régularité est observée sur les lignes desservant le cœur de la métropole.

Cet amendement transpartisan a été cosigné avec Arnaud de BELENET (LREM 77), Pierre CUYPERS (LR 77), Vincent DELAHAYE (UDI 91), Jocelyne GUIDEZ (UDI 91), Jean-Raymond HUGONET (LR 91) et Rachid TEMAL (PS 95).

 

11. Gratuité des autoroutes A10 et A11 en Ile-de-France
Alors qu’il n’y a pas de péages pour l’écrasante majorité des territoires franciliens. Certains autres comme le Dourdannais doivent payer sur des tronçons du quotidien. Cette inégalité, dénoncée depuis de nombreuses années, doit cesser.

Non classé

Régularité RER / Transilien : on n’y est toujours pas !

L’Autorité de qualité de service dans les transports dépend du Ministère de la transition écologique. Elle compile les données d’Ile-de-France Mobilités pour établir des indicateurs de ponctualité.

Les indicateurs 2018 sont désormais disponibles comme l’ont indiqué nos amis de la FNAUT IDF.

Cela donne, pour les RER :

2018 - ponctualité RER

et pour les autres lignes Transilien :

2018 - ponctualité Transilien.png

Pour consulter le site à votre tour, c’est là :

http://www.qualitetransports.gouv.fr/les-chiffres-de-la-ponctualite-r2.html

La Vignette du Respect continue de réclamer qu’un établissement indépendant mesure la régularité et puisse établir la réalité des irrégularités sans les défaillances du système d’information de SNCF Transilien.

 

Non classé

RER D malade : une manifestation pour mobiliser

Depuis le 9 décembre et l’introduction du SA2019, le RER D, c’est moins de trains pour les uns et plus de galères pour les autres.

Plus de 200 manifestants étaient rassemblés à Evry, samedi 16 février, pour mobiliser les autorités organisatrices, les collectivités territoriales et les opérateurs de transports face à l’insatisfaction grandissante ressentie par toujours plus d’usagers.

De nombreuses associations ont pris la parole à cette occasion :

  • Association D- (Roger Berrini)
  • RER D Val de Seine (Jacques Vandeputte)
  • l’Adumec (Jean Feret)
  • La Vignette du Respect (Antoine Pavamani)

Ainsi que des personnalités, Thierry Mandon, ancien ministre, Carole Heintz et Nicolas Trotin, animateurs des comptes RER D coupé.

 

La Vignette du Respect maintient ses revendications :

  • la renégociation immédiate du SA2019 et rétablissement du service vers Paris pour les lignes abandonnées
  • la clarification du plan de renouvellements des rames SNCF sur le RER D (Régio2N)
  • l’ouverture d’un véritable bras-de-fer avec la direction de la SNCF pour mettre fin aux carences permanentes de l’information voyageurs sur la ligne D (applications, sites Internet, information en gare)
  • l’ouverture d’un grand plan d’investissement au profit du RER D (terrier de Bercy, doublement du tunnel Châtelet-Les Halles Gare du Nord partagé avec le RER B)
  • l’abandon du CDG Express et de tous les investissements qui détournent les moyens des transports du quotidien

 

Pour en savoir plus :

Article Corbeil Infos

Article Le Parisien 91