Non classé

Boulevard périphérique : un amendement contre l’égoïsme territorial en matière de transports

Suite à la publication du rapport de la mission de la Ville de Paris concernant l’avenir du boulevard périphérique, des contacts se sont noués avec des parlementaires engagés dans l’examen de la loi d’orientation pour les mobilités qui sera examinée à partir de la semaine prochaine à l’Assemblée nationale.

A l’initiative de Marie Guévenoux, députée de l’Essonne, vingt parlementaires franciliens se sont rassemblés pour ouvrir une procédure permettant aux territoires de notre région et se sentant lésés par un aménagement de transport pris par une autre collectivité de saisir Ile-de-France Mobilités.

Il reviendrait ainsi à l’autorité régionale d’engager une mission de médiation et d’évaluer l’impact régional d’une mesure au niveau de la pollution et de la capacité d’absorption par le système de transports, notamment en commun, d’une décision d’aménagement.

Sur le boulevard périphérique et sur de nombreux autres dossiers, les élus de banlieue pourraient ainsi avoir l’opportunité de faire valoir les intérêts et les droits de leurs administrés trop souvent oubliés par une Ville de Paris prompte à s’envisager comme une île.

Notre association aimerait notamment connaître l’effet d’un aménagement du boulevard périphérique tel qu’envisagé par la Ville de Paris sur la pollution des abords de l’A86 et de la N104 les deux autres ceintures routières franciliennes et son impact sur la santé des centaines de milliers de riverains de ces routes !

Après la victoire obtenue lors de l’examen de la loi mobilités au Sénat avec l’adoption de l’amendement d’Olivier Léonhardt, sénateur de l’Essonne, permettant d’offrir un siège aux associations d’usagers dans le conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités, la Vignette du Respect est heureuse d’avoir une nouvelle fois contribué au débat sur ces sujets essentiels.

En attendant, nous remercions les 20 parlementaires issus de 7 départements franciliens représentant la diversité régionale (Paris, petite couronne, grande couronne), preuve que le dialogue entre les territoires est possible dans notre région.

Nous invitons les autres parlementaires franciliens à se joindre à cette initiative et à contribuer à son adoption en séance publique la semaine prochaine !

Pour consulter l’amendement : amendement MG LOM.

Non classé

RER D: la victoire du panneau des Halles

Cela peut sembler anodin ou sans importance mais depuis plus d’un an, nous réclamons la réparation des panneaux d’information RER D en gare de Châtelet – Les Halles.

Pendant plusieurs années, nous ne disposions des horaires que sur le quai.

Depuis la semaine dernière, cette information est accessible en entrée de gare et sur le plateau central. C’est un détail qui va améliorer le quotidien de dizaines de milliers et faire leur faire gagner du temps.

Nous en sommes particulièrement fiers !

Non classé

Périphérique : Paris ne peut pas décider seule du statut de sa frontière avec la banlieue

La mission de la Ville de Paris sur le boulevard périphérique a remis son rapport à Anne Hidalgo ce mardi 28 mai. La maire de Paris s’est empressée d’indiquer qu’elle souhaitait mettre en œuvre « au plus vite » les préconisations du rapport d’une mission exclusivement composée d’élus parisiens.

Consultez le rapport ici -> RAPPORT-MIE-Périphérique-21-mai-2019

Nous n’avons pas peur de l’affirmer : il n’appartient pas à la Ville de Paris de déterminer unilatéralement le statut de la frontière qui la sépare de sa banlieue.

Alors que l’Ile-de-France est au bord de l’explosion à cause de la saturation de toutes les voies de transport (transports en commun comme routes), de la hausse des prix de l’immobilier qui crée l’étalement urbain et accroît les distances, les villes, les territoires, les élus de banlieue doivent se saisir du débat sur l’avenir du boulevard périphérique et faire respecter les intérêts de leurs habitants.

Un exemple résume tout : l’interdiction, proposée dans le rapport, des 3,5 tonnes sur le boulevard périphérique va créer comme souvent un report de pollution que subiront les riverains de l’A86 et de la N104, les autres ceintures routières franciliennes.

Le combat pour l’environnement, ce ne peut pas être envoyer chez les autres les désagréments dont on ne veut plus chez soi ! C’est un combat planétaire qui exige la création de solutions durables.

Cette voie de transport impacte la vie de 12 millions de Franciliens. Comme le reconnaît le rapport, 95% des trajets sur le boulevard périphérique concernent des déplacements Paris-banlieue ou banlieue-Paris. Les projets concernant cette voie ne peuvent donc pas se décider à l’Hôtel de Ville de Paris.

Ainsi, La Vignette du Respect demande :

 

  • Le rééquilibrage des emplois entre le cœur de la métropole et nos territoires de banlieue pour réduire les distances domicile-travail

 

Emplois Population Emploi
2018T3 01/01/2016 par habitant
Paris 1828,9 2190,3 0,83
Hauts de Seine 1063,1 1603,2 0,66
Seine Saint Denis 616,2 1606,7 0,38
Val de Marne 537,7 1378,2 0,39
Seine-et-Marne 466,7 1397,7 0,33
Yvelines 546,3 1431,8 0,38
Essonne 455,4 1287,3 0,35
Val d’Oise 374,5 1221,9 0,31
TOTAL 5888,8 12117,1 0,49

 

Paris conduit une politique schizophrène qui consiste d’un côtéà réduire l’offre de transports en fermant des voies de circulation et en concentrant les investissements en transports en commun sur son territoire et de l’autreà attirer les emplois et les zones d’activités avec une politique de développement économique particulièrement agressive à l’égard de ses voisins, obligeant les banlieusards à travailler toujours plus loin de chez eux.

 

  • Un grand plan de rénovation des RER alors que 4 millions d’usagers sont aujourd’hui abandonnés à leurs difficultés quotidiennes après des décennies de sous-investissement

 

  • Un investissement massif dans les transports de banlieue à banlieue alors que le bouclage de la ligne 15 du Grand Paris Express est aujourd’hui remise en cause

 

  • L’accélération de l’effort national, régional et local en faveur du covoiturage, la réduction de l’autosolisme étant la meilleure manière de réduire l’impact environnemental des transports et la saturation
Non classé

Vive le train !

A la Vignette du Respect, on se bat pour avoir plus de trains, de meilleure qualité et plus de moyens pour les transports.

Alors oui, nous avons beaucoup de désaccords avec la SNCF et sa direction mais cela ne nous empêche pas de saluer les bonnes initiatives.

Vive le train ! appartient à ces éléments positifs qui dévoilent le fonctionnement complexe d’une entreprise ferroviaire.

Nous encourageons donc nos adhérents et nos sympathisants de découvrir le fonctionnement de la SNCF à travers les activités proposées du 13 au 18 mai.

Pour participer :

Opération Vive le train !

Capture d’écran 2019-04-27 à 14.18.33

 

Pour ceux qui veulent participer au forum emploi et postuler

à l’un des 2.500 CDI proposés par la SNCF en Ile-de-France :

https://viveletrain-forumemploi.sncf.fr

Non classé

RER B : une hausse spectaculaire du trafic

2014 : 870.000 usagers

2019 : 983.000 usagers

+13% d’augmentation soit 2,48% de hausse annuelle avec une explosion à Massy-Palaiseau et des hausses très importantes sur les tronçons au Nord d’Antony.

Massy-Palaiseau, c’est +40% en 5 ans et donc 7% d’augmentation annuelle comme un symbole de ce que nous dénonçons dans notre région : une croissance démographique qui s’effectue en grande couronne (constructions massives et étalement urbain) et une croissance économique qui se concentre toujours plus sur le coeur de la métropole (Paris et ses alentours, Hauts-de-Seine).

Ainsi avant la fin de l’année, le RER B va devenir la 2ème ligne ferroviaire européenne à transporter plus d’1 millions de passagers par jour…

Les usagers savaient que le trafic augmente. Maintenant, ils disposent d’éléments concrets et chiffrés à opposer à ceux qui ne prennent pas conscience du problème que nous rencontrons dans nos RER !

Voilà un argument supplémentaire à présenter pour ne pas faire un CDG Express qui coûterait 2,5 milliards d’euros pour 20.000 usagers quotidiens.

Rames bondées, dysfonctionnements chroniques, déconnexion bassin d’emploi / bassin de vie : le RER B finit par symboliser les galères des usagers du RER dans leur ensemble comme l’avait très justement relevé le magazine The Economist.

A l’occasion des groupes de travail sur la refonte horaire RER B Sud auxquels nous participons, la RATP a révélé l’évolution du trafic suite aux relevés effectués par BVA au mois de mars. nous reviendrons prochainement sur les projets en cours pour redéfinir une grille horaire qui n’a pas évolué depuis 1987.

IMG_0924

Willy Ndebe et Antoine Pavamani, représentants de la Vignette du Respect aux groupes de travail RER B.

 

Non classé

Défendre le RER à Corbeil-Essonnes

La Vignette du Respect était invitée au débat organisé par l’association « Le Printemps de Corbeil-Essonnes » au Bellevue.

A cette occasion, Antoine Pavamani a rappelé l’importance de la question des transports pour la commune de Corbeil-Essonnes :

  • la ville était sur la Via Agrippa, première route fondée par les Romains, sur le tracé de l’actuelle Nationale 7
  • aux confluents de la Seine et de l’Essonne mais aussi de trois bassins agricoles, Corbeil a accueilli les moulins royaux dès le XIIème siècle
  • la 3ème ligne du réseau ferré français lancée en 1840 était Corbeil-Paris, cette même ligne qui aujourd’hui s’arrête à Juvisy-sur-Orge…
  • Corbeil-Essonnes est au coeur d’un noeud routier stratégique A6 – N104 – N7
  • le premier pont routier essonnien pour franchir la Seine a vu le jour à Corbeil-Essonnes

Corbeil-Essonnes qui a prospéré et grandi grâce aux transports symbolise parfaitement ces villes de grande couronne qui subissent la crise de la mobilité en Ile-de-France.

Elle est touchée de plein fouet par la déconnexion entre bassins d’emplois et bassins de vie : la croissance économique sur Paris et son voisinage immédiat, la croissance démographique en grande couronne. Avec pour résultat, un allongement permanent des distances domicile-travail.

En chiffres, cela donne pour la commune (sources INSEE) :

Population 2009 : 42.456 – Population 2014 : 49.373 -> +6.917

Emplois 2009 : 19.115 – Emplois 2014 : 19.464 -> +349

Les problèmes de transports conduisent à de trop faibles créations d’emplois par rapport à ce que l’évolution de la population demanderait…

Le SA 2019 du RER D prive 2 de ses 3 gares (Essonnes-Robinson et Moulin-Galant) d’accès direct à Paris. L’aménagement coûteux et saugrenu de la gare actuellement en cours ne va pas arranger la situation.

Plus largement, les retards pris dans l’entretien et l’amélioration du RER après plusieurs décennies de sous-investissement conjugués aux projets pharaoniques dans lesquels se perdent les autorités (Grand Paris Express, CDG Express) menacent plus encore les transports en grande couronne.

La Vignette du Respect demande sans relâche un big-bang des transports et une mobilisation pour les millions d’usagers du RER à la hauteur des enjeux.

Merci à Bruno Piriou, Elsa Touré et les animateurs du Printemps de Corbeil-Essonnes.

Autres intervenants :

Jean-Baptiste Rousseau, maire de Noisy-Sur-Seine

Stéphane Raffali, maire de Ris-Orangis

Jacques Vandeputte, président de RER D Val de Seine

Jean Féret, président de l’ADUMEC

Pierre Garzon, vice-président du Conseil départemental du Val-de-Marne

Yann Pirolli, secrétaire général du syndicat des cheminots CGT

Non classé

CDG Express : il est encore temps de renoncer !

Comme l’a relaté La Tribune, SNCF Réseau s’apprête à proposer un report de 18 mois du calendrier du CDG Express.

Cette nouvelle qui contredit ce qui avait été affirmé lors de la concertation présidée par M. Michel Cadot, préfet de région, est un nouveau désaveu pour le schéma irréaliste, injuste et inefficace sur lequel travaillent les pouvoirs publics depuis de nombreuses années.

De toute évidence, le schéma proposé provoquerait sur le faisceau Nord du réseau ferré francilien un choc qui aura des conséquences désastreuses pour des millions d’usagers des RER.

La priorité doit aller au renouvellement des infrastructures des RER B et D. Les difficultés actuelles qui polluent la vie des usagers appellent une intensification de l’effort de rénovation des infrastructures existantes, pas un détournement des moyens financiers et humains vers le CDG Express.

Nous appelons le gouvernement à renoncer purement et simplement au projet CDG Express.

Le CDG Express ne pourra pas voir le jour pour les Jeux Olympiques. Surtout, il s’annonce comme un gouffre financier au point que, depuis l’abandon de Vinci, aucune entreprise privée n’a voulu porter ce projet.

Rappelons que l’Etat (qui attend 10 milliards d’euros de recettes issues de la privatisation d’ADP), s’apprête à débourser 2,5 milliards d’euros d’investissement pour construire le CDG Express et s’est engagé à assumer les risques financiers liés à son exploitation au cours des six premières années de sa mise en service…

La Vignette du Respect appelle une nouvelle fois une mobilisation exceptionnelle pour les 4 millions d’usagers du RER.

Pour retrouver l’article de La Tribune :

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/cdg-express-sncf-reseau-pousse-a-un-report-de-18-mois-811948.html