Non classé

Nos questions aux opérateurs

Dans le cadre de l’audition annuelle des opérateurs qui s’est tenue début novembre, nous avons posé trois questions aux opérateurs.

Nous vous tiendrons informés des retours qui nous seront apportés au cours des prochaines semaines.

Question n°1 conjointe SNCF / RATP :

La Loi d’Orientation des Mobilités renforce le rôle des autorités organisatrices dans l’information des usagers. Cette évolution est potentiellement porteuse de changements considérables en Ile-de-France. Elle est indispensable pour connecter les données des opérateurs historiques (SNCF / RATP) entre eux mais aussi à l’ensemble de l’écosystème collectif (bus des autres réseaux) et aux nouvelles mobilités (court et co-voiturages, nouveaux véhicules). La faible coopération de la SNCF et de la RATP à ViaNavigo qui préfigurait cette évolution est peu encourageante (peu d’actualisation des horaires). L’interopérabilité des données n’apparaît pas prioritaire entre opérateurs et parfois même au sein d’un même opérateur (cf défaillances d’une génération entière de panneaux d’information SNCF RER C / RER D). Comment les opérateurs envisagent-ils l’évolution issue de la LOM (calendrier, évolution de la donnée) ? Sont-ils prêts à s’engager en confiance dans un nouveau cycle indispensable pour assurer le développement des nouvelles mobilités et pour améliorer la fiabilité de l’information à destination des usagers ?

 

Question n°2 à la RATP sc SNCF :

RATP sc SNCF : La gare de Chatelêt-Les Halles depuis sa rénovation semble négligée. Les flux de voyageurs sont mal organisés et assez désincitatifs, le plateau central est moins dynamique au niveau commercial et de l’animation après la rénovation qu’avant. Comment se fait-il que la revitalisation de la gare post-travaux soit si lente ? Un plan d’animation, de déploiement de commerces à la hauteur des attentes des usagers peut-il être envisagé ?

 

Question n°3 à la SNCF :

Le potentiel urbain, économique et social des gares franciliennes est sous-exploité, singulièrement en banlieue. Les travaux conduits ces dernières années apparaissent parfois comme des occasions manquées. Seriez-vous prêt à engager, en lien avec les communes et les associations d’usagers mais aussi les associations locales, des assises des gares, engagées département par département, pour repenser l’aménagement et l’intégration des gares au tissu local ?

Non classé

RER D : semaine anti-incivilités

Une campagne de prévention des incivilités sera menée cette semaine dans les gares et à bord des trains de la ligne D.

Nuisances sonores, jets de détritus, pieds sur les sièges, non-respect des fermetures de portes : les incivilités progressent sur la ligne et notre association salue une initiative qu’elle appelait de ses voeux depuis longtemps. Nous avions ainsi interpellé Guillaume Pépy, PDG de la SNCF à ce sujet lors d’un échange organisé par le journal Le Parisien.

La direction de la ligne nous indique des annonces seront diffusées en gare et que des stands de sensibilisation seront mis en place pour informer les usagers.

Cette première initiative en appellera d’autres et devra être engagé sur d’autres lignes. Nous restons vigilants sur ce sujet.

 

Non classé

RER C 5 novembre : mouvement social local

Précisément un mois avant le mouvement du 5 décembre et qui touchera l’ensemble des lignes franciliennes, un mouvement social local se tiendra sur la ligne C mardi 5 novembre toute la journée et mercredi 6 novembre en matinée (reprise progressive du trafic à partir de 8 heures).

Une fois de plus, les usagers de grande couronne sont pénalisés dans leur accès au travail est aux études. Nous espérons qu’un service minimum digne de ce nom pourra être instauré.

Les horaires pour cette journée noire seront mis  en ligne lundi 4 novembre à 17 heures.

Non classé

RER D : 662.000 usagers quotidiens

Suite à la saisine de la CADA et de la médiatrice de la SNCF engagée au mois de septembre, nous disposons désormais des chiffres de fréquentation sur le RER D tels qu’issus de l’enquête BVA menée au mois de mars 2019.

Le RER D compte désormais 662.000 usagers contre 615.000 lors de la précédente enquête réalisée 40 mois auparavant.

Avec 47.000 usagers supplémentaires, la hausse moyenne de la fréquentation sur la ligne serait ainsi d’un peu plus de 2,2% par an (et 7,6% au global).

Après les deux lignes « millionnaires » RER A et RER B, la ligne D franchit à son tour un seuil de fréquentation important.

La direction de la SNCF nous indique que la méthode utilisée n’est pas exactement identique à celle pratiquée 40 mois plutôt (refonte de la grille de la ligne, travaux concomitants sur le RER C).

Toutefois, l’existence d’une croissance importante du trafic correspond au ressenti des usagers et sa réalité statistique telle que mesurée (dont nous ne contestons pas la rigueur) est peut-être en-dessous de la perception par ailleurs dégradée par les dysfonctionnements, les retards et les difficultés de tous ordres qui émaillent la vie d’un usager de la ligne D.

Nous espérons qu’une synthèse de l’enquête pourra être mise en ligne prochainement et nous invitons Ile-de-France Mobilités et les opérateurs à engager un décompte sur la ligne A (le dernier datant de mars 2015).

La Vignette du Respect perçoit à travers cette enquête la nécessité de développer de nouveaux chantiers pour la grande couronne :

 

  • La diminution du trajet domicile-travail avec la relocalisation des emplois à proximité des bassins de vie, le développement des espaces de coworking en grande couronne
  • Le rééquilibrage des investissements transports en grande et petite couronne (déploiement rapide des lignes de banlieue à banlieue à l’image du tram T12 et renforcement du réseau de bus)

 

Rappel derniers décomptes :

 

RER A              1.200.000         Mars 2015

RER B               983.000            Mars 2019

RER C              540.000            Avril 2017

RER D              662.000            Mars 2019

 

Non classé

Reichshoffen (suite)

Dans le cadre de la visite du site industriel Alstom de Reichshoffen, au-delà de la rénovation des MI84 qui vont permettre d’améliorer le fonctionnement du RER B, d’autres enjeux concernant l’industrie des transports ont été évoqués.

Le site de Reichshoffen accueille aussi des lignes de production pour les cabines de conduite des RER NG destinées au RER D et pour 350 Régiolis commandés par les autres régions métropolitaines.

Le site de Reichshoffen accueillera également la production de 800 bus électriques franciliens. Pour ce contrat, la Région Ile-de-France a choisi Alstom contre un concurrent chinois au nom de clauses sociales et environnementales permises par la labellisation RSE. Nous saluons cette décision conforme aux intérêts industriels de la France et à la préservation de savoir-faire et de capacités industrielles dans le domaine des transports.

L’échec de la fusion Alstom-Siemens dans un contexte marqué par l’émergence de l’industriel chinois CRRC et par la puissance d’innovation des nouveaux acteurs (notamment Elon Musk et Uber) ne doit pas marquer un coup d’arrêt aux ambitions des acteurs européens.

 

Non classé

Infos travaux RER C

Des modifications de l’offre de transports RER C interviendront sur la période allant du 21 octobre au 14 décembre.

 

  • en semaine et le week-end, des retards supplémentaires sont à prévoir. En effet, sur toute la durée du service, les horaires des trains, circulant au sud de la gare de Bibliothèque François Mitterrand, pourront varier de + 1 minute à + 4 minutes. Cette adaptation des temps de parcours est due à la mise en place de limitations temporaires de vitesse à la suite de travaux nocturnes de remplacement des voies.
  • De 7 heures à 9 heures, du lundi au vendredi, les trains VITY ne desserviront pas la gare de Vitry-sur-Seine