Non classé

Réclamations remboursement Navigo / Imagine R

Suite à la réunion du 13 septembre, une procédure de centralisation des réclamations concernant le remboursement du Pass Navigo pour les mois d’avril et mai a été mise en oeuvre en lien avec les associations d’usagers.

Toute réclamation peut nous être adressée à l’adresse : vignette.asso@gmail.com.

Ile-de-France Mobilités nous demande qu’elle comporte les éléments suivants :

  • prénom
  • nom
  • adresse postale
  • numéro de téléphone
  • adresse électronique
  • numéro de dépôt de demande de remboursement (si disponible)
  • dépôt de dépôt
  • motif de votre réclamation

 

 

 

Non classé

Remboursement du Pass Navigo : 55 millions d’euros restitués aux usagers

La Vignette du Respect et les associations d’usagers franciliens étaient conviées ce jeudi 13 septembre à une réunion à Ile-de-France Mobilités pour réfléchir à l’évolution des modalités de dédommagement dans le cadre de la renégociation du contrat qui lie les Franciliens avec la SNCF et la RATP fin 2019.

Lors de la réunion du 13 septembre, en présence de Laurent Probst, directeur général d’IDF – Mobilités et de ses équipes, un bilan du remboursement des Pass Navigo et Imagine R a été dressé. Le 23 mai 2018, la mobilisation des usagers avait permis d’obtenir une victoire concrète avec les 50% de remboursement obtenus pour avril et mai en compensation de la grève.

1.000.000 de demandes de remboursement ont été effectuées entre le 18 juin et le 22 juillet. 815.000 demandes ont été validées pour un montant total de 50 millions d’euros acquittés par SNCF Mobilités.

Par ailleurs, Ile-de-France Mobilités a accordé un remboursement complémentaire de 12,5 euros par mois aux usagers des lignes les plus touchées. Près de 230.000 demandes ont été effectuées pour un coût de 5 millions d’euros.

Un virement automatique sera effectué à la fin du mois de septembre à destination des usagers concernés. Les usagers concernés sont les suivants : RER D pour les branches Melun / Malesherbes depuis Corbeil, RER E pour la branche Chelles Gournay, ligne N pour les branches Mantes et Dreux, ligne P pour les branches Ferté-Million et Longueville-Provins, ligne R.

Au total, les usagers franciliens ont ainsi obtenu la restitution de 55 millions d’euros en compensation du préjudice subi pendant la grève.Antoine Pavamani.jpg

Antoine Pavamani, président de La Vignette du Respect a demandé où en étaient les négociations concernant le remboursement du mois de juin. Ile-de-France Mobilités a indiqué qu’aucune réponse n’avait pas été apportée à ce sujet par la SNCF.

 

Autres informations importantes :

 

Une adresse électronique pour traiter les réclamations des usagers n’ayant pas obtenu le remboursement auquel ils avaient droit sera communiqué aux associations dans les prochains jours. Nous communiquerons cette adresse dès que nous en disposerons.

Récapitulatif de trafic pendant la grève présenté par Ile-de-France Mobilités

Avril           12 jours de grève        37% du trafic les jours de grève ouvrés

Mai            12 jours de grève        50% du trafic les jours de grève ouvrés

Juin           12 jours de grève        58% du trafic les jours de grève ouvrés

Reunion Ile de France Mobilites

Non classé

Rémi Lavenant, invité de LFM

Rémi Lavenant, porte-parole de la Vignette du Respect était l’invité de LFM, la radio du bassin mantois (78) dans le cadre d’un débat de l’émission Etat & Civil sur la gratuité dans les transports animé par Vanessa Meflah et en présence de Garance, membre du conseil régional des jeunes d’Ile-de-France.

Sécurité ferroviaire, avenir de la grande couronne, inégalité Paris-banlieue, tarification sociale, nécessité de reconnecter bassins de vie et zones d’activité, vous pouvez retrouver ce débat ci-dessous :

Débat LFM

Non classé

Grand Paris Express : le grand n’importe quoi continue

Gilles Carrez, président LR de la commission des finances de l’Assemblée nationale a remis un nouveau rapport hier au Premier ministre pour tenter d’apporter des ressources nouvelles à la construction du Grand Paris Express.

Alors que la crise de la mobilité continue de s’amplifier en Ile-de-France en cette rentrée et qu’elle pourrit la vie de millions d’usagers des transports dans les transports en commun comme sur la route, toutes les énergies se concentrent encore sur le Grand Paris Express alors que l’évidence montre que ne seront respectés ni le plan de financement, ni le calendrier, ni le tracé de ce projet pharaonique.

En cette rentrée, la Vignette du Respect demande une nouvelle fois un big-bang de la mobilité en Ile-de-France pour tout remettre à plat.

Nous demandons aux autorités de répondre à quelques questions simples qui devraient spontanément les conduire à abandonner le Grand Paris Express tel qu’il existe aujourd’hui :

  1. Le Grand Paris Express peut-il permettre de réduire la distance domicile-travail ?
  2. Comment réussir à creuser des tunnels pour relier 60 nouvelles stations lorsque l’on n’arrive pas (techniquement) à creuser moins de 3 kilomètres de tunnels pour créer les 2 stations de métro (ligne 12) promises de longue date à Aubervilliers ?
  3. Comment croire encore des estimations financières qui ont doublé depuis l’origine du projet (de 19 à 35 milliards d’euros) ? Une comparaison avec Londres montre que le plan de financement est irréaliste :

 

  Paris Londres
Infrastructure Grand Paris Express Elizabeth Line
Décision construction 2011 2007
Entrée en service 2024 et 2030 2019
Longueur 200 km 118 km
Longueur tunnels 160 km 21 km
Coût 35 milliards € 19,3 milliards €

Alors que Londres a fait réaliser 8 fois moins de tunnels (déjà construits) que ce que projette le Grand Paris Express, le coût réel du Grand Paris Express est sans doute minoré de 20 à 30% aujourd’hui.

L’aveuglement collectif dont nous faisons preuve sur la question du Grand Paris Express n’est pas sans conséquence.

D’abord sur les habitants de l’Ile-de-France qui paient chaque jour les pots cassés des années de mauvais choix et de tergiversation. Les RER, les bus, les métros dysfonctionnent et sont pleins à craquer. Les embouteillages s’aggravent sur les routes.

Ensuite, sur la France qui va payer un prix croissant pour l’asphyxie des transports de sa première région économique et qui risque de donner une mauvaise image lors des Jeux de Paris 2024.

Nous demandons un plan d’investissement massif dans le renouvellement des infrastructures existantes (RER, métro, bus, routes) et un grand plan d’innovation pour la mobilité (création de nouvelles lignes de rail arien, de tram, de bus, de téléphérique, développement du covoiturage, de l’autopartage et des nouveaux services de mobilité avec un Vélib 3 régional).

Non classé

Remboursement Navigo pendant la grève : où en sommes-nous ?

Navigo / Imagine R : point de situation

Le 23 mai, nous avons obtenu le remboursement de 50% des Pass Navigo et Imagine R pour les mois d’avril et de mai. Cette décision pour l’Ile-de-France faisait suite au combat mené partout en France avec nos amis de la CNCAUT (coordination nationale des collectifs et associations d’usagers des transports).

Fondée pour faire entendre la voix des usagers pendant la grève, notre union des usagers a obtenu de grandes avancées qu’il faut maintenant consolider.

Le 13 juillet, un remboursement complémentaire de 25 euros par Navigo et 12,5 euros par Imagine R pour les usagers des lignes suivantes :

  • RER D pour les branches Melun / Malesherbes depuis Corbeil
  • RER E pour la branche Chelles Gournay
  • ligne N pour les branches Mantes et Dreux
  • ligne P pour les branches Ferté-Million et Longueville-Provins
  • ligne R

Le remboursement complémentaire a automatiquement été abondé sur les demandes formulées avant le 22 juillet sur le site https://mondedommagement.transilien.com/.

Remboursement Navigo.jpeg

Remboursement du mois de juin : c’est mort ?

Le 23 mai, il nous avait alors été indiqué que les discussions pour le mois de juin se tiendraient ultérieurement.

Nous en reparlons jeudi 13 septembre lors de la prochaine réunion qui rassemblera Ile-de-France Mobilités, les opérateurs et les associations d’usagers.

 

Y a-t-il d’autres revendications à porter ?

Si nous saluons le geste historique qui a conduit au remboursement à 50% des mois de mai et de juin et l’effort de dialogue porté par Ile-de-France Mobilités, nous avons encore plusieurs demandes non satisfaites.

– des branches oubliées : les tronçons RATP des RER A et RER B n’ont bénéficié d’aucun remboursement malgré d’importants désagréments

– des remboursements complémentaires à renforcer. La décision du 13 juillet auraient pu inclure d’autres branches sinistrées pendant la grève notamment le Sud de la ligne C, la branche vallée du RER D,…

Plus largement, nous évoquerons également jeudi 13 septembre la modification du contrat qui lie la Région Ile-de-France Mobilités et les opérateurs pour que les termes du contrat qui régit les transports franciliens soient modifiés afin d’offrir un cadre clair et transparent au remboursement en période de grève.

Rémi Lavenant, porte-parole de La Vignette du Respect

Non classé

Prix à la pompe : n’abandonnons pas les Français !

Les prix à la pompe repartent à la hausse avec un prix moyen constaté de 1,54 euro pour le litre de sans plomb 95 et de 1,44 euro pour le diesel.

Si la parité euro / dollar et le prix du baril sont des déterminants du prix à la pompe difficilement modifiables par les pouvoirs publics, des leviers mériteraient d’être actionnés pour ne pas abandonner les millions de Français qui, dans les zones péri-urbaines et les zones rurales, n’ont d’autre choix qu’utiliser une voiture.

Des éléments devraient nous alerter.

La semaine dernière, le prix du litre de sans plomb 95 était de 1,54 euro.

Si l’on compare avec le moment où ce carburant a pour la première fois franchi cette barre, en avril 2011, on se rend compte que les prix à la pompe, au-delà de l’évolution de la fiscalité sur les produits pétroliers, explosent plus que de raison :

avr-11 août-18
Prix du baril 120$ 71,5$
Parité €/$ 1,41 1,15
Baril en € 85,10 € 62,2 €
Prix du litre SP95 1,54 € 1,54 €

 

La Vignette du Respect demande donc au gouvernement de se saisir urgemment de la question du prix à la pompe qui pénalise durement les territoires périphériques et leurs habitants.

Nous proposons :

 

  • une surveillance immédiate des prix pratiqués par les distributeurs en lien avec la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes et un enrichissement de l’outil https://www.prix-carburants.gouv.fr. La baisse continue du nombre de station-service (10.950 à ce jour contre plus de 12.000 il y a 10 ans) nuit à l’exercice effectif de la concurrence.
  • l’instauration d’une TIPCE flottante (ex-TIPP) à la rentrée pour les travailleurs modestes et les territoires où la voiture est le seul mode de locomotion disponible

 

Des actions de long terme doivent aussi être engagées résolument :

le développement du covoiturage et des outils innovants permettant de réduire ce drame environnemental constitué par les voitures transportant leur seul chauffeur

– un plan industriel offrant aux ménages français, à un tarif abordable des offres automobile de référence (citadine et familiale) plus économes en carburant

Après des années de pétrole peu cher et d’euro fort, les Français pourraient être confrontés à des années difficiles sur les prix à la pompe. 

Cette situation est une véritable menace sur le pouvoir d’achat des millions de Français qui doivent être soutenus et accompagnés par les pouvoirs publics pour réussir la mutation de nos modes de transports.