Non classé

Appel aux associations d’usagers : L’Etat doit sauver nos transports en commun en Île-de-France !

La situation sanitaire aussi exceptionnelle que violente n’est pas sans incidence sur notre réseau de transports en commun. Retards dans les travaux, chute vertigineuse du trafic voyageurs et des recettes liées à la vente de titres de transport sont les conséquences directes du Covid-19.

Les pertes essuyées par Île-de-France Mobilités ont été compensées par un soutien de 2,6 milliards d’euros de l’Etat sous forme de subventions et de prêts à taux zéro. Cependant, les difficultés des transports franciliens vont perdurer à long terme.

Le bureau d’études Inov 360 et 21 partenaires du secteur avaient lancé une étude auprès des franciliens. A la sortie d’un été d’accalmie, 47% des actifs restaient en télétravail et les trajets domicile – travail ont diminué de 42%. Depuis, les nouvelles mesures restrictives liées à la dégradation de la situation sanitaire ont encore davantage fragilisé la fréquentation des transports. La fréquentation moyenne au mois de novembre dépassait difficilement les 35% sur l’ensemble du réseau métro – RER.

L’incertitude liée à l’évolution de l’épidémie de Covid-19 et l’explosion du télétravail risquent d’affecter durablement la fréquentation des transports en Île-de-France. Pourtant, ce réseau est essentiel pour réduire les inégalités entre les territoires dans l’accès aux emplois, à la culture et aux services publics. Les bus, les RER, les TER et les métros contribuent à combattre l’assignation à résidence notamment pour les population des villes et des villages les plus enclavés.

Aussi, l’estimation faite par la présidente d’Île-de-France Mobilités d’une perte supplémentaire de recettes d’1 milliard d’euros en 2021 doit être compensée par l’Etat. Sans cette compensation, la situation financière exsangue imposera peut être une diminution de l’offre de transports ou une hausse importante de la tarification.

Sans compensation, le risque est de fragiliser durablement la confiance des usagers dans le réseau de transports en commun alors même que celle-ci a été rudement éprouvée par les grèves de ces dernières années (printemps 2018, hiver 2019 – 2020), et par les difficultés nombreuses à la source de retards et de suppressions de trains.

Sans cette confiance retrouvée, la conduite des politiques de transition écologique ne pourra être menée à bien en incitant les usagers à se détourner des transports en commun. La Vignette du Respect lance un appel à toutes les associations d’usagers pour se joindre à elle et demander un nouvel effort financier à l’Etat. Les usagers n’ont pas à payer les conséquences du Covid-19, ni par un surcoût de leur abonnement, ni par une diminution de l’offre de transports notamment dans les territoires les plus carencés.

Nous devons défendre l’attractivité de notre réseau de transports francilien, et garantir la viabilité financière nécessaire à sa pérennité et à son développement à venir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s