Non classé

Naufrage Autolib Vélib : la Chambre régionale des comptes confirme le naufrage que nous annoncions!

Un rapport de la Chambre régionale des comptes est paru mardi 20 octobre. Le constat est sans appel : le syndicat gestionnaire d’Auto’ lib et Vé ‘lib a été défaillant à tous les niveaux. La conséquence directe est une situation financière calamiteuse qui pèsera sur chaque membre du syndicat. Le concessionnaire réclame aujourd’hui 235,24 millions d’euros suite à la résiliation du contrat alors que le budget annuel du syndicat n’excède pas les 5 millions.  

Le syndicat a gravement dysfonctionné :

  • La cour pointe un emprunt surdimensionné dont plus de 12 millions d’euros ont été contractés inutilement. Les pertes abyssales de 179,3 millions d’euros en 2016 et de 293,7 millions d’euros l’année suivante devront être épongées tandis que le concessionnaire réclame plus 235 millions. L’explosion de la dette supportée par le syndicat est inévitable. Qui paiera les pots cassés des erreurs manifestes de gestion ?
  • La ville de Paris possède à elle seule 55% des places au conseil d’administration et est la principale responsable du fiasco financier d’un service qui apparaissait pourtant très innovant à la fin des années 2000. Elle a piégé dans ses erreurs des villes de banlieue. Paris a tenté de faire financer ses déboires en intégrant de plus en plus de communes au sein du syndicat malgré une situation financière qui se révélait déjà catastrophique et dont les membres n’ont été informés que tardivement.

Nous nous félicitons avec une pointe de regret, d’avoir été lucides en annonçant la catastrophe à venir. La Chambre régionale des comptes confirme aujourd’hui ce que nous annoncions. Désormais, face à ce scandale dont la facture s’étale devant nos yeux et que quelqu’un devra payer, nous exigeons :

  • De faire toute la lumière sur cette affaire en mettant en place une commission d’enquête indépendante afin d’identifier précisément les responsabilités de cet échec colossal.
  • De régionaliser l’ensemble des politiques de transport sous la seule autorité d’Île-de-France mobilités afin de contribuer à un aménagement harmonieux des dispositifs de transports et de mobilités sur le territoire francilien. C’est à la région de porter l’innovation en matière de transports et de veiller à ce qu’elle soit accessible aux 12 millions de Franciliens.
  • Les transports de demain, plus propres, plus verts, plus collaboratifs méritent mieux que des positions idéologiques de façades comme la suppression des 70 000 places de stationnement à Paris prévues entre 2020 et 2026 quand dans le même temps, la municipalité jette la poussière sous le tapis concernant l’échec patent d’Autolib Velib dont elle est l’unique dépositaire.

Lien du rapport : https://www.ccomptes.fr/system/files/2020-10/IDR2020-36.pdf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s