Non classé

Nos questions aux opérateurs

Dans le cadre de l’audition annuelle des opérateurs qui s’est tenue début novembre, nous avons posé trois questions aux opérateurs.

Nous vous tiendrons informés des retours qui nous seront apportés au cours des prochaines semaines.

Question n°1 conjointe SNCF / RATP :

La Loi d’Orientation des Mobilités renforce le rôle des autorités organisatrices dans l’information des usagers. Cette évolution est potentiellement porteuse de changements considérables en Ile-de-France. Elle est indispensable pour connecter les données des opérateurs historiques (SNCF / RATP) entre eux mais aussi à l’ensemble de l’écosystème collectif (bus des autres réseaux) et aux nouvelles mobilités (court et co-voiturages, nouveaux véhicules). La faible coopération de la SNCF et de la RATP à ViaNavigo qui préfigurait cette évolution est peu encourageante (peu d’actualisation des horaires). L’interopérabilité des données n’apparaît pas prioritaire entre opérateurs et parfois même au sein d’un même opérateur (cf défaillances d’une génération entière de panneaux d’information SNCF RER C / RER D). Comment les opérateurs envisagent-ils l’évolution issue de la LOM (calendrier, évolution de la donnée) ? Sont-ils prêts à s’engager en confiance dans un nouveau cycle indispensable pour assurer le développement des nouvelles mobilités et pour améliorer la fiabilité de l’information à destination des usagers ?

 

Question n°2 à la RATP sc SNCF :

RATP sc SNCF : La gare de Chatelêt-Les Halles depuis sa rénovation semble négligée. Les flux de voyageurs sont mal organisés et assez désincitatifs, le plateau central est moins dynamique au niveau commercial et de l’animation après la rénovation qu’avant. Comment se fait-il que la revitalisation de la gare post-travaux soit si lente ? Un plan d’animation, de déploiement de commerces à la hauteur des attentes des usagers peut-il être envisagé ?

 

Question n°3 à la SNCF :

Le potentiel urbain, économique et social des gares franciliennes est sous-exploité, singulièrement en banlieue. Les travaux conduits ces dernières années apparaissent parfois comme des occasions manquées. Seriez-vous prêt à engager, en lien avec les communes et les associations d’usagers mais aussi les associations locales, des assises des gares, engagées département par département, pour repenser l’aménagement et l’intégration des gares au tissu local ?