Non classé

Canicule : notre association invitée de BFM Paris

 

 

Non classé

Retour de la canicule dans les transports : quelles réponses ?

A quelques heures du déclenchement d’un nouvel épisode de canicule, la réponse des opérateurs (SNCF, RATP) tarde une fois de plus à être précisée.

 

La SNCF n’a pas actualisé son plan « fortes chaleurs » ni apporté de précisions concernant le planning d’accompagnement des usagers face à cette situation. La RATP est, elle aussi, assez silencieuse sur le sujet.

 

Pourtant, dans le contexte d’un été marqué par la multiplication des chantiers et des difficultés rencontrées par les usagers (dysfonctionnements, insécurité), l’accompagnement des usagers des transports en commun face à la canicule est plus crucial encore au mois de juillet qu’au mois de juin.

 

La Vignette du Respect renouvelle son appel aux mairies des villes de banlieue accueillant des gares pour conduire des opérations autonomes et ne pas laisser les usagers seuls face à la canicule.

 

Nous reconduirons donc en partenariat avec la mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois une opération de distribution d’eau et d’accompagnement des usagers. Ce point d’animation sera actif de 17h00 à 19h00 à compter de lundi 22 juillet 2019.

 

Nous remercions une fois de plus la ville de Sainte-Geneviève-des-Bois, son maire, Frédéric Petitta et ses équipes pour leur réactivité et leur mobilisation au service des usagers du RER C.

 

La question de l’été, des difficultés particulières qu’il génère pour les usagers est un des angles morts de la politique des transports en Ile-de-France. Nous réitérons notre appel à un renouveau des transports en été et plus particulièrement en période de canicule (mobilisation des pompiers, renforcement de la présence humaine en gare, concours des agents municipaux,…).

Non classé

SNCF / Ile-de-France : le contrat qui vaut 2,3 milliards

Ile-de-France Mobilités (IDFM), autorité organisatrice des transports, est en phase de renégociation de son contrat avec la SNCF. C’est l’un des plus contrats français qui pèse 2,3 milliards d’euros annuels.

A l’invitation du directeur d’IDFM, Laurent Probst, les associations d’usagers ont pu échanger sur  le contenu de la négociation en cours qui doit s’achever à la fin de l’année.

A cette occasion, votre association a défendu les positions suivantes :

  • la nécessité d’alourdir les bonus / malus soumis à la SNCF qui doivent atteindre un montant constituant une véritable marge de progression pour le service
  • l’inclusion dès le round de 2019 d’une nouvelle approche contractuelle pour le service d’été. Dès le 1er juillet, le service est diminué : c’est trop tôt et c’est trop fort alors que nous sommes encore des millions à utiliser chaque jour les RER.

jusqu’à présent, les bonus-malus étaient plafonnés à 1% du montant du contrat. Nous souhaitons qu’ils atteignent désormais 5%. Il serait que ce niveau devienne la référence pour tous les contrats signés avec des opérateurs (contrat RATP renégocié en 2020 et autres contrats notamment avec les prestataires bus).

La renégociation porte aussi sur un renforcement des modalités de dédommagement des usagers. Notre association, engagée en première ligne pour le remboursements des titres de transports pendant la grève de 2018 ne peut qu’y être favorable.

Nous avons alerté toutefois sur la nécessité de veiller à ce que les mécanismes de bonus / malus et de dédommagement s’inscrivent dans une logique d’amélioration de service. Plus que des pénalités financières pour l’opérateur, ce qu’attendent les usagers, c’est une amélioration de leurs conditions de transport.

Pavamani RER IDFM

Info complémentaire

Au cours des dernières années, la SNCF a systématiquement payé des malus :

2012 6,6 millions d’euros

2013 5,7

2014 2,2

2015 6,5

2016 4,6

2017 5,8

2018 6,3

 

Non classé

L’enfer du lundi 1er

La SNCF et la RATP continuent d’avoir du mal à penser le renouvellement du passe Navigo en début de mois.

On nous annonce de grandes modernisations à l’image de Navigo Easy présenté il y a quelques semaines mais les opérateurs éprouvent encore des difficultés à offrir en début de mois un service commercial renforcé à la hauteur des besoins.

C’est particulièrement le cas les « lundi 1 » ou « lundi 2 » lorsque les abonnements hebdomadaires et mensuels arrivent à terme au même moment. En revanche, nous avons souvent constaté que le service de contrôle lui était souvent renforcé ces jours-là.

Les usagers qui subissent en ce moment la canicule et en  temps normal les retards, les dysfonctionnements, les carences d’information perdent ainsi pour certains d’entre eux jusqu’à une demi-heure supplémentaire pour renouveler leur titre de transports.