Non classé

Grand Paris Express : super métro ou super gouffre ?

A cette question, nous connaissons tous la réponse… Le projet du Grand Paris Express, voulu initialement pour construire Paris Métropole est devenu l’incarnation d’une faillite aussi bien financière qu’idéologique.

Ce projet annonce la relégation définitive de la grande couronne à la fois en termes de mobilité mais aussi d’emplois.

Toujours plus coûteux, le Grand Paris Express semble aussi fiable et raisonnable qu’un investissement dans un crédit subprime. Evalué au départ à moins de 20 milliards d’euros, le projet est désormais donné à plus de 38 milliards. La conséquence ? Nos élus recherchent de nouvelles sources de financements pour combler le gouffre… Et c’est donc la grande couronne, qui concourt déjà pour des investissements dont elle ne bénéficiera pas, qui contribuera encore plus comme elle le fait déjà avec la taxe d’équipement spécial régional…

Ainsi, en plus du déclassement qui s’annonce pour elle, il faudra également qu’elle paie. Ses habitants devront donc accepter d’être enterré sur l’hôtel de la logique métropolitaine impitoyable et de payer les clous qui viendront fermer le cercueil.

En toute discrétion, le député Gilles Carrez (LR) a effectivement proposé un amendement adopté dans le cadre du projet de loi de finances 2019. Il entérine la création d’une taxe sur les parkings en Ile-de-France. De l’ordre de 7 euros par an et par mètre carré, elle sera payée par les gestionnaires de parkings.

Ces derniers ont déjà indiqué une hausse du tarif des parkings de l’ordre de 30% dans les communes de banlieue. Une grande partie des parkings sous gestion public, notamment aux abords des gares, ayant été privatisés ces dernières années comme à Etampes ou à Bouray, les usagers seront donc directement impactés.

Le pouvoir d’achat des habitants de l’Ile-de-France sera lourdement touché et notamment celui des habitants de la banlieue, principaux utilisateurs de leur véhicule. Usant leur voiture personnelle pour rejoindre les gares faute de transports en commun (bus) efficaces. Une fois encore, ce sont les bons élèves du développement durable que sont les usagers du RER et les habitants de la banlieue qui sont sanctionnés.

La Vignette du Respect condamne cette décision adoptée dans le cadre du PLF2019 qui entérine une atteinte supplémentaire au pouvoir d’achat des habitants et sanctionne un projet économiquement inefficace et socialement injuste : le Grand Paris Express. Ce projet pharaonique qui, comme le CDG Express, se fait au détriment des RER, des bus et des transports du quotidien.

Nous dénonçons avec force ce type de décisions prises en catimini, sans réel débat démocratique ni stratégie de mobilités pour l’avenir.

Soutenir des amendements comme celui-ci ne peut qu’affaiblir le crédit de nos élus auprès de la population dans les circonstances d’une défiance déjà forte, manifestée à travers la mobilisation des « gilets jaunes ».

 

Rémi Lavenant, porte-parole de La Vignette du Respect