Non classé

Réclamations remboursement Navigo / Imagine R

Suite à la réunion du 13 septembre, une procédure de centralisation des réclamations concernant le remboursement du Pass Navigo pour les mois d’avril et mai a été mise en oeuvre en lien avec les associations d’usagers.

Toute réclamation peut nous être adressée à l’adresse : vignette.asso@gmail.com.

Ile-de-France Mobilités nous demande qu’elle comporte les éléments suivants :

  • prénom
  • nom
  • adresse postale
  • numéro de téléphone
  • adresse électronique
  • numéro de dépôt de demande de remboursement (si disponible)
  • dépôt de dépôt
  • motif de votre réclamation

 

 

 

Non classé

Remboursement du Pass Navigo : 55 millions d’euros restitués aux usagers

La Vignette du Respect et les associations d’usagers franciliens étaient conviées ce jeudi 13 septembre à une réunion à Ile-de-France Mobilités pour réfléchir à l’évolution des modalités de dédommagement dans le cadre de la renégociation du contrat qui lie les Franciliens avec la SNCF et la RATP fin 2019.

Lors de la réunion du 13 septembre, en présence de Laurent Probst, directeur général d’IDF – Mobilités et de ses équipes, un bilan du remboursement des Pass Navigo et Imagine R a été dressé. Le 23 mai 2018, la mobilisation des usagers avait permis d’obtenir une victoire concrète avec les 50% de remboursement obtenus pour avril et mai en compensation de la grève.

1.000.000 de demandes de remboursement ont été effectuées entre le 18 juin et le 22 juillet. 815.000 demandes ont été validées pour un montant total de 50 millions d’euros acquittés par SNCF Mobilités.

Par ailleurs, Ile-de-France Mobilités a accordé un remboursement complémentaire de 12,5 euros par mois aux usagers des lignes les plus touchées. Près de 230.000 demandes ont été effectuées pour un coût de 5 millions d’euros.

Un virement automatique sera effectué à la fin du mois de septembre à destination des usagers concernés. Les usagers concernés sont les suivants : RER D pour les branches Melun / Malesherbes depuis Corbeil, RER E pour la branche Chelles Gournay, ligne N pour les branches Mantes et Dreux, ligne P pour les branches Ferté-Million et Longueville-Provins, ligne R.

Au total, les usagers franciliens ont ainsi obtenu la restitution de 55 millions d’euros en compensation du préjudice subi pendant la grève.Antoine Pavamani.jpg

Antoine Pavamani, président de La Vignette du Respect a demandé où en étaient les négociations concernant le remboursement du mois de juin. Ile-de-France Mobilités a indiqué qu’aucune réponse n’avait pas été apportée à ce sujet par la SNCF.

 

Autres informations importantes :

 

Une adresse électronique pour traiter les réclamations des usagers n’ayant pas obtenu le remboursement auquel ils avaient droit sera communiqué aux associations dans les prochains jours. Nous communiquerons cette adresse dès que nous en disposerons.

Récapitulatif de trafic pendant la grève présenté par Ile-de-France Mobilités

Avril           12 jours de grève        37% du trafic les jours de grève ouvrés

Mai            12 jours de grève        50% du trafic les jours de grève ouvrés

Juin           12 jours de grève        58% du trafic les jours de grève ouvrés

Reunion Ile de France Mobilites

Non classé

Rémi Lavenant, invité de LFM

Rémi Lavenant, porte-parole de la Vignette du Respect était l’invité de LFM, la radio du bassin mantois (78) dans le cadre d’un débat de l’émission Etat & Civil sur la gratuité dans les transports animé par Vanessa Meflah et en présence de Garance, membre du conseil régional des jeunes d’Ile-de-France.

Sécurité ferroviaire, avenir de la grande couronne, inégalité Paris-banlieue, tarification sociale, nécessité de reconnecter bassins de vie et zones d’activité, vous pouvez retrouver ce débat ci-dessous :

Débat LFM

Non classé

Grand Paris Express : le grand n’importe quoi continue

Gilles Carrez, président LR de la commission des finances de l’Assemblée nationale a remis un nouveau rapport hier au Premier ministre pour tenter d’apporter des ressources nouvelles à la construction du Grand Paris Express.

Alors que la crise de la mobilité continue de s’amplifier en Ile-de-France en cette rentrée et qu’elle pourrit la vie de millions d’usagers des transports dans les transports en commun comme sur la route, toutes les énergies se concentrent encore sur le Grand Paris Express alors que l’évidence montre que ne seront respectés ni le plan de financement, ni le calendrier, ni le tracé de ce projet pharaonique.

En cette rentrée, la Vignette du Respect demande une nouvelle fois un big-bang de la mobilité en Ile-de-France pour tout remettre à plat.

Nous demandons aux autorités de répondre à quelques questions simples qui devraient spontanément les conduire à abandonner le Grand Paris Express tel qu’il existe aujourd’hui :

  1. Le Grand Paris Express peut-il permettre de réduire la distance domicile-travail ?
  2. Comment réussir à creuser des tunnels pour relier 60 nouvelles stations lorsque l’on n’arrive pas (techniquement) à creuser moins de 3 kilomètres de tunnels pour créer les 2 stations de métro (ligne 12) promises de longue date à Aubervilliers ?
  3. Comment croire encore des estimations financières qui ont doublé depuis l’origine du projet (de 19 à 35 milliards d’euros) ? Une comparaison avec Londres montre que le plan de financement est irréaliste :

 

  Paris Londres
Infrastructure Grand Paris Express Elizabeth Line
Décision construction 2011 2007
Entrée en service 2024 et 2030 2019
Longueur 200 km 118 km
Longueur tunnels 160 km 21 km
Coût 35 milliards € 19,3 milliards €

Alors que Londres a fait réaliser 8 fois moins de tunnels (déjà construits) que ce que projette le Grand Paris Express, le coût réel du Grand Paris Express est sans doute minoré de 20 à 30% aujourd’hui.

L’aveuglement collectif dont nous faisons preuve sur la question du Grand Paris Express n’est pas sans conséquence.

D’abord sur les habitants de l’Ile-de-France qui paient chaque jour les pots cassés des années de mauvais choix et de tergiversation. Les RER, les bus, les métros dysfonctionnent et sont pleins à craquer. Les embouteillages s’aggravent sur les routes.

Ensuite, sur la France qui va payer un prix croissant pour l’asphyxie des transports de sa première région économique et qui risque de donner une mauvaise image lors des Jeux de Paris 2024.

Nous demandons un plan d’investissement massif dans le renouvellement des infrastructures existantes (RER, métro, bus, routes) et un grand plan d’innovation pour la mobilité (création de nouvelles lignes de rail arien, de tram, de bus, de téléphérique, développement du covoiturage, de l’autopartage et des nouveaux services de mobilité avec un Vélib 3 régional).