Non classé

Usagers des RER, habitants de la grande couronne : refusons le déclassement !

Alors que la grève des agents de la SNCF a montré une fois de plus l’importance mais aussi la fragilité des réseaux de transport dans les territoires périphériques des grandes villes, alors que les défaillances techniques ont toujours cours et que le Grand Paris Express provoquera une reconcentration des activités sur la ville centre en Ile-de-France, le découpage du RER D annonce une nouvelle atteinte aux droits des usagers de grande couronne de pouvoir voyager sereinement et avec des moyens de transport efficaces depuis leur territoire d’habitation.

Le changement obligatoire que devront effectuer les usagers de la « Vallée » avec la fin annoncée des trains vers Paris de plusieurs branches du RER D (Malesherbes, Melun littoral, vallée de Seine)  équivaut à la validation d’un déclassement.

La République doit permettre la réussite de tous ses enfants, de toutes ces contrées, des plus intégrées aux plus enclavées. La République et la France toute entière, se sont construites, ont gagné une cohérence grâce au réseau de transport et son extension progressive. Alors que le nombre d’usagers va s’accroître pour atteindre les 900 000 sur la ligne D en 2025, nous réduisons les capacités de transport sur des portions entières là où la mobilisation des énergies est indispensable pour sauver nos RER.

Alors que le logement se construit en grande couronne, on accepte la mise à l’écart de ce territoire et sa désertification économique à long terme.

Le cri d’alarme ne suffit plus. La ligne D pour lesquels les maires se mobilisent, les associations oeuvrent, les citoyens alertent, ne doit plus rester seule. Sa dégradation n’aura pas pour seule conséquence une dévaluation des biens immobiliers à proximité, ni même une dégradation du cadre de vie et de travail de ses usagers , elle aura des conséquences sur les autres lignes avec des reports de population dans leur direction afin d’y trouver de meilleures conditions de transport. Il est donc nécessaire d’agir collectivement.

Cette décision incarne ce que nos RER et nos territoires de la France des banlieues et des périphéries tendent à devenir… Les réceptacles de la violence sociale, de la ségrégation territoriale, des inégalités les plus profondes. Comment cette France pourra-t-elle devenir celle de l’innovation et de la réussite avec des transports relégués et dégradés. Nous invitons tous les acteurs à soutenir la proposition du « terrier de Bercy » afin d’augmenter les capacités. Nous invitons tous les usagers, tous les habitants, à se mobiliser avec force et détermination. D’ores et déjà, une manifestation est prévue le 5 juin à Evry.  Nous invitons tous les acteurs de notre territoire et tous les citoyens à venir pour exprimer leur point de vue sur l’avenir du RER.

Pour des transports de qualité, pour une banlieue qui ne soit plus déshéritée, pour combattre les inégalités entre les territoires, rassemblons-nous et agissons !

Rémi Lavenant, porte-parole de La Vignette du Respect

Non classé

Bouray

Nous étions ce vendredi matin en gare de Bouray pour mobiliser les usagers des lignes abandonnées et qui mériteraient un remboursement intégral de leurs abonnements Navigo / Imagine R pour toute la durée de la grève !

Les premières annonces SNCF / Région concernant les remboursements, si elles sont une première victoire pour les usagers, dont les droits sont enfin reconnus dans un conflit social, constituent un point de départ bien plus qu’un point d’arrivée.Quai gare Bouray

Les usagers du RER C utilisant les branches Etampes et Dourdan sont avec d’autres (et pas seulement en Seine-et-Marne comme évoqué par la SNCF) en droit d’exiger un remboursement intégral !

Nous serons lundi matin en gare de Lardy et nous proposerons d’autres actions pour les jours qui suivent.

 

 

Non classé

Demi-remboursement de Navigo : demi-victoire pour les usagers

Sans l’action résolue de la Coordination nationale des collectifs et associations des usagers du train, la question du dédommagement des usagers du RER serait aujourd’hui oubliée. La Vignette du Respect est fière d’avoir porté avec d’autres ce combat en Ile-de-France.

Nous ne pouvons donc pas décemment écarter d’un revers de main le demi-remboursement proposé de concert par la Région Ile-de-France et la SNCF. Pour nous, c’est une demi-victoire.

La Vignette du Respect qui, depuis le début du mouvement, réclame le remboursement intégral du Pass Navigo continue de considérer que cette modalité est le minimum syndical compte tenu des dépenses, des préjudices et des désagréments subis par les usagers et leurs territoires depuis le début du mouvement.

Le remboursement intégral était la position nettement majoritaire exprimée par les associations d’usagers lors de la réunion du 17 mai.

Nous avions alors compris et déploré que le remboursement à 50% était le plancher et le plafond pour la SNCF et la Région. Les annonces d’aujourd’hui ne changent donc rien.

De toute évidence et à défaut d’obtenir un remboursement intégral pour tous les usagers du réseau Transilien (RER A B C D E et lignes H J K L N P R U), nous réclamons un remboursement complémentaire (et pas un « geste » comme évoqué par la SNCF)  allant jusqu’au remboursement intégral pour les lignes et branches les plus sinistrées.

Contrairement à ce qu’affirme la SNCF, les usagers concernés ne sont pas seulement en Seine-et-Marne mais aussi en Essonne, dans le Val d’Oise et dans les Yvelines.

Nous poursuivons donc notre mobilisation !

Non classé

Remboursement Navigo : les mille et une nuits de la SNCF

Les associations d’usagers attendaient beaucoup de la réunion de ce soir au siège d’Ile-de-France Mobilités organisée par la Région et la SNCF et elles en sont reparties déçues.

La SNCF avait fait rouler les tambours lors de sa conférence de presse spéciale usagers du 27 avril et dans l’entretien de Guillaume Pépy vendredi 11 mai au Parisien. Lors de ces deux occasions, les décisions franciliennes avaient été renvoyées à la réunion du 17 mai, présentée comme décisoire et décisive.

Malheureusement, cette réunion que nous espérions de négociation s’est avérée être de simple concertation.

Nous avons le sentiment que la SNCF se prend pour Shéhérazade et renvoie systématiquement le dénouement Navigo au prochain épisode. Cette résurgence des Contes des mille et une nuits pourrait être sympathique si les usagers du réseau Transilien étaient équipés du tapis volant d’Aladin et pouvaient ainsi survoler les plaines de la Beauce, de la Brie, du Hurepoix, du Vexin pour se rendre à leur travail. Mais ce n’est pas le cas !

Alors, que retenir ?

  1. grâce à la mobilisation des usagers, nous avons cranté le principe plancher de 50% de remboursement du Pass Navigo mais il semblerait que certains l’envisagent aussi comme un plafond. Nous avons été nombreux à rappeler notre revendication d’un remboursement intégral. Le préjudice subi par les usagers et les territoires dépasse largement le montant du Pass Navigo.

 

  1. que des divergences d’appréciation sur la qualité de l’information existent entre la SNCF et les associations d’usagers. La SNCF est satisfaite, les associations beaucoup moins.

 

  1. que la loi sur le service minimum de 2007 apparaît obsolète compte tenu de la saturation du réseau Transilien et l’habileté tactique des centrales syndicales dans le cadre de la grève perlée. La dégradation très puissante depuis lundi désespère les usagers de toutes les lignes.

 

Reunion IDFM NavigoLa Vignette du Respect dans le cadre de la Coordination nationales des collectifs et associations d’usagers du train (CNCAUT) poursuit donc ses actions de mobilisation des usagers.  

Représentée ce soir par Rémi Lavenant, Wily Ndebe, Alice Sebbag et Antoine Pavamani, la Vignette du Respect continuera de faire entendre une voix exigeante et ambitieuse pour les usagers du réseau Transilien RER A B C D E et lignes H J K L N P R U).

Non classé

Pourquoi nous demandons le remboursement intégral du Pass Navigo ?

Ce soir, à partir de 18 heures, nous serons au siège d’Ile-de-France Mobilités (ex STIF) avec Valérie Pécresse, présidente de la Région, la direction de la SNCF et les autres associations d’usagers pour négocier le remboursement du Pass Navigo pendant la grève.

La grève perlée est à mi-temps. Nous constatons que de nombreux buts ont été marqués contre le camp des usagers du train.Après 9 séquences de 2 jours depuis le 2 avril, 9 nouvelles séquences sont programmées de demain jusqu’au 28 juin.

Les usagers cassés par cette première mi-temps et les nombreuses conséquences sur leur vie en ont assez ! La liste des désagréments qu’ils subissent est sans fin : dépenses supplémentaires, imprévisibilité des horaires, impossibilité de s’asseoir, retards au travail et en famille, frais de garde supplémentaires, congés subis, fragilisation de leur crédibilité professionnelle, renoncement à la mobilité, recours contraint à un autre mode de transport tels que voitures, deux-roues, taxis / VTC,…

Le « lundi sans cheminots » a été particulièrement difficile.Nous condamnons les entraves, les actes de malveillance, les dysfonctionnements volontairement provoqués pour pourrir le mouvement qui ont des conséquences dramatiques sur les usagers.

Nous réclamons du fair play.Si le droit de grève doit être respecté, le service minimum et l’état de droit doivent l’être aussi. Les pouvoirs publics dans leur ensemble mais aussi les centrales syndicales doivent prendre leurs responsabilités pour que chacun respecte la loi.

A quelques heures d’une réunion majeure, nous faisons un point d’étape sur le dossier du remboursement.

Offre dédommagement Navigo.jpeg

Que demandons-nous ?

Pass NavigoLa Vignette du Respect demande le remboursement intégral du Pass Navigo pour tous les usagers du réseau Transilien (RER A B C D E et lignes H J K L N P R U) déjà victimes en temps normal d’un service qui se dégrade.

Le contrat qui lie la Région aux opérateurs prévoit un remboursement des jours de grève pour les branches ayant eu moins de un train sur trois aux heures de pointe.

Nous considérons ces conditions très restrictives et pour dire simplement les choses inacceptables.

Le remboursement intégral du Pass Navigo pour la durée de la grève créerait un choc de respect qui permettrait de repartir sur de bonnes bases, de faire un resetaprès des années de dégradation du service sur notre réseau de transport.

Que nous répond-on ?

Pour l’heure, Guillaume Pépy, PDG de la SNCF, a apporté la réponse la plus précise dans le Parisien (vendredi 11 mai) : « Pour l’Ile-de-France, nous aurons une réunion le 17 mai  avec Valérie Pécresse, présidente de la région, pour voir le montant de remboursement que nous devons ausurer. (…) Il ne pourrait pas être inférieur à 50% du prix des abonnements. »

Lors de nos échanges, nos interlocuteurs à Ile-de-France Mobilités, à SNCF Transilien, au Ministère des Transports, ont entendu la nécessité d’engager clairement une négociation sur le remboursement du Pass Navigo.

Demandons-nous trop ?

Demander le remboursement intégral n’est pas une revendication maximaliste mais bien le moins que l’on puisse exiger !

En effet, la grève a eu des coûts directs et indirects importants pour les usagers. Si nous décidions d’entamer une action de groupe à l’issue de cette grève, nous pourrions réclamer plus que le prix de notre abonnement mensuel (75,20 euros).

Les usagers d’un service public n’ont pas à être moins bien traités que les clients d’une entreprise commerciale. Quand le service est défaillant dans le privé, le client est remboursé de son abonnement, nous attendons que les mêmes garanties s’appliquent aux usagers que nous sommes.

L’action des usagers est-elle utile ?

Manifestement oui ! Pour la première fois dans l’histoire des grèves SNCF, nous avons perturbé le classico gouvernement contre cheminots en faisant entendre une autre voix, celle des usagers du train.

La Vignette du Respect a fondé avec Arnaud Vanhelle et l’association Train Life basée à Lille, la CNCAUT (coordination nationale des collectifs et associations des usagers du train) qui rassemble désormais plus de 40 collectifs des quatre coins de la France.

Nous avons lancé une pétition (https://t.co/5SEBV37bvw)qui a recueilli plus de 69.000 signatures. Et ça aussi c’est une première.

Vendredi 27 avril, une conférence de presse de la direction de la SNCF a même été consacrée exclusivement à la question des remboursements des usagers.

Le remboursement du Pass Navigo ne va-t-il pas fragiliser la SNCF et le réseau de transports en Ile-de-France ?

Aujourd’hui, ce ne sont pas les usagers qui abîment le train ! Nous sommes au contraire, les bons élèves du développement durable, nous qui utilisons un moyen de transport propre. Nous sommes les premiers d’ailleurs à subir l’allongement de la distance domicile-travail (sujet qui n’intéresse personne pour l’heure).

Parlons donc chiffres.

Le budget des transports en Ile-de-France est de 9,5 milliards d’euros. 27% est financé par les usagers. 73% par les taxes et contributions publiques (versement transport, subvention régionale, taxe sur les produits pétroliers…).

Sur les 27% à la charge de l’usager, 60% sont payés par les abonnements. On a donc 16% du système de transport payé par les abonnements.

La SNCF ne remboursera pas le trésor public pour les impôts et contributions publiques perçues malgré les carences du service. Le remboursement intégral de l’usager, lui, est soutenable.

Nous mettons à votre disposition les statistiques concernant les usagers des abonnements franciliens (qui ne sont pas tous usagers de réseau RER / Transilien) :

Navigo                       2 629 000

Imagine R                  872 000

Navigo solidarité      196 000

Navigo gratuité         285 000

Améthyste                267 000

 

(chiffres consultables sur le site Ile-de-France Mobilités : https://www.iledefrance-mobilites.fr/le-reseau/usages-et-usagers-des-titres-de-transport/)

Non classé

Lundi noir

Transports en commun / route : c’est la grande galère…

Ce lundi 14 mai est un nouveau lundi noir pour la mobilité en Ile-de-France.

Dans les transports en commun, avec cette 9ème séquence de la grève perlée. Le trafic sur le réseau Transilien est très faible avec sur de nombreuses branches un trafic totalement nul. Une nouvelle fois, les usagers du train sont sacrifiés. de nombreux voyageurs restent à quai et le trafic sera quasiment inexistant sur le réseau en dehors des heures de pointe…

Ligne L

Sur la route, avec ce matin un nouveau pic d’embouteillages à 527 kilomètres…

Ce sont encore une fois les travailleurs qui vivent dans les zones les plus éloignées de l’emploi, les plus précaires et les plus modestes qui sont pénalisés par les dysfonctionnements de la mobilité en Ile-de-France.

Un point sur le trafic du réseau Transilien aujourd’hui :

Transilien trafic.jpg

Prévisions détaillées Transilien

RER A : 1 train sur 2 sur la branche Cergy-Poissy. Correspondance à la Défense.

RER B Nord : 1 train sur 3. Interconnexion suspendue (changement) à Gare du Nord. RER B Sud : 1 train sur 2.

RER C : 1 train sur 4. Aucun train en heures creuses. Aucun train au nord et à l’ouest de la ligne et dans Paris (terminus Austerlitz).

RER D Nord : 1 train sur 4. RER D Sud : 1 train sur 5. Interconnexion suspendue (changement) à Gare du Nord et Gare de Lyon. 2 trains par heure entre Paris-Melun et Paris-Corbeil aux heures de pointe. Aucun train entre Corbeil-Malesherbes, Corbeil-Melun et au-delà d’Orry-la-Ville. Gares de Ris-Orangis, Grand Bourg et Evry Val de Seine non desservies.

RER E : 1 train sur 3 (1 train par heure aux heures creuses).

LIGNE H : 2 trains sur 5 (1 train par heure en heures de pointe).

LIGNE J : 1 train sur 3 (1 à 2 trains par heure en heures de pointe).

LIGNE K : 1 train sur 2 (1 train par heure en heures de pointe et des bus en heures creuses).

LIGNE L : 1 train sur 3 sur la ligne Sud et aucun train au Nord de la ligne.

LIGNE N : 2 train sur 5

LIGNE P : 1 train sur 3

LIGNE R : 1 train sur 10

LIGNE U : 1 train sur 3