Non classé

Le poker menteur d’Anne Hidalgo

Pour ceux qui en doutaient encore, Anne Hidalgo a déclaré la guerre de Paris contre sa banlieue.

Augmentation de la pollution atmosphérique en banlieue, saturation des transports en commun, annulation de la fermeture des voies sur berge, échec de Vélib 2, gouffre financier d’Autolib, privatisation du stationnement de surface transformée en attrape-nigaud : Anne Hidalgo, la maire de Paris, enfermée dans le piège qu’elle a elle-même fabriqué, tente de se relancer en faisant une promesse que toutes celles et tous ceux qui connaissent la situation des transports savent parfaitement irréalisable.

Non, la gratuité des transports pour les Parisiens comme solution à la crise de la mobilité en Ile-de-France ne peut pas être la solution.

En grande difficulté sur les dossiers techniques, la maire de Paris et son adjoint Christophe Nadjovski tentent de se relancer en utilisant une technique que les joueurs de poker connaissent bien : quand on a beaucoup perdu, on peut tenter un dernier coup de bluff en faisant « tapis ».

Après avoir ainsi multiplié les échecs sur des chantiers d’importance moyenne, la Ville de Paris veut faire croire qu’elle peut réussir une grande chose avec une proposition très attractive sur le papier. Cette proposition intervient à un moment où chacun constate la saturation de nombreuses lignes de transports en commun et où le financement du Grand Paris Express (35 milliards d’euros) n’est pas encore assuré.

Surtout, l’annonce d’Anne Hidalgo est à double détente. Après avoir promis la gratuité des transports pour les Parisiens, elle promet un péage urbain aux banlieusards qui devraient donc payer pour financer la gratuité des transports en commun pour les Parisiens.

Cette politique isolationniste de la Ville de Paris méprise les 10 millions de Franciliens qui vivent au-delà du boulevard périphérique. Elle est un véritable danger pour l’aménagement du territoire, pour la justice sociale et pour la préservation de l’environnement !

La réalité que nous dénonçons est terrible :

–       4 millions d’usagers du RER et du réseau Transilien vivent l’hypersaturation d’un réseau abandonné au profit notamment des investissements transports dont a bénéficié Paris

–       des vagues de délocalisation frappent la grande couronne au profit de Paris et du tracé du Grand Paris Express, notamment dans les Hauts de Seine

Dans une région marquée par l’allongement continu des trajets domicile-travail, la proposition d’Anne Hidalgo menace d’aggraver encore la vie des Franciliens.

La maire de Paris vit dans le mythe de la Ville-monde vertueuse, écologique, hyperconnectée, cool sans se soucier de ce qui se passe au-delà de ses murs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s