Non classé

Retour de la vignette auto : c’est non !

Dans son édition de ce jour, le journal Le Parisien révèle qu’une des pistes de travail d’un groupe d’experts mandaté par le Ministère des Transports étudie le rétablissement de la vignette automobile qui avait été supprimée par Lionel Jospin, il y a près de 20 ans.

La Vignette du respect rejette fortement cette proposition. Les travaux du groupe d’experts ont en revanche, un mérite éminent : dresser un constat lucide sur l’état des routes françaises. Depuis de nombreuses années, les collectivités publiques se désengagent de l’entretien des routes et comme souvent, l’argument environnemental sert de prétexte à une diminution des crédits.

Quelques données financières permettent de comprendre l’ampleur des dégâts :

Investissements sur les routes nationales gérées par l’Etat (9.645 kilomètres) :

2009 : 760 millions d’euros                2015 : 663 millions d’euros soit -12,7%

Investissements des départements dans leur réseau (379.000 kilomètres) :

2008 : 4,7 milliards d’euros                2014 : 3,3 milliards d’euros soit -29,8%

La Vignette du respect rappelle que les usagers de la route contribuent aux finances publiques par la TIPP (16 milliards d’euros de recettes par an, 4ème recette fiscale nationale, hausses programmées sur le diesel). Il n’est nul besoin d’en rajouter.

En revanche, il est indispensable de reconquérir une qualité pour les infrastructures routières.

Dans ce cadre, la Vignette du respect propose :

  • le passage en open data sur un site Internet unique de toutes les dépenses d’investissement sur les routes, tronçon par tronçon, pour une transparence de l’action routière de toutes les collectivités
  • la fin des investissements dans les infrastructures routières conduisant à une diminution de la surface de circulation comme actuellement à Villeneuve Saint-Georges (94) (requalification de la RN6 pour 3,4 millions d’euros)
  • le développement d’un plan incitatif pour améliorer la circulation sur la route et diminuer les embouteillages : soutien au covoiturage, à l’autostop organisé, investissement industriel dans les véhicules propres
  • le développement des nouveaux revêtements permettant l’amélioration de l’impact environnemental des routes

Nous invitons les pouvoirs publics à préférer La Vignette du Respect qui lutte contre les injustices dans l’accès à la mobilité plutôt que de renouer avec une vignette automobile inventée par la IVème République finissante en 1957 et qui a laissé un mauvais souvenir fiscal aux Français.

Non classé

Parisiens, Franciliens, demain tous Métropolitains

Nous saluons la sortie de la dernière note de Terrra Nova 91 coordonnée par Baptiste Fournier et cosignée par Maxime Viala, Vincent Hulin, Marie-Pierre Digard, Francis Lara, Jérôme Brézillon et Pierre Manil.

Cette note est disponible ci-dessous :

FILE_7136

Nous avons un point d’accord très puissant avec les auteurs de cette note sur le périmètre à partir duquel doit s’organiser la métropole : le territoire de la région et ses 12 millions d’habitants.

Pour La Vignette du Respect, la question du périmètre est cruciale pour :

1) affronter efficacement la question des embouteillages

2) refuser l’abandon des RER, du réseau Transilien et de leurs 4 millions d’usagers

3) lutter contre les inégalités et notamment la dissociation de plus en plus forte entre bassins de vie et bassins d’emplois